Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Il En Redemande :; Quinn de Retour Pour Le Canada
Alan Adams
|
WJC.029.08
|
23 décembre 2008
|
|

Pat Quinn a Hockey Canada dans le sang. Cela fait partie de son ADN.

Le Championnat mondial junior 2009 de l’IIHF marque la dixième fois que Quinn répond humblement à l’appel pour représenter son pays sur la scène internationale et sa fiche est parsemée de succès.

Il a remporté l’or comme entraîneur de l’équipe olympique du Canada en 2002 et la Coupe du monde de hockey 2004 avant de remporter un troisième championnat au printemps dernier comme entraîneur-chef de l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans du Canada.

Et maintenant, il espère ajouter une médaille d’or du mondial junior à sa collection. Originaire de Hamilton, Ontario – et deux fois Entraîneur de l’année de la LNH –, Quinn sera derrière le banc du Canada lorsque les médaillés d’or des quatre derniers championnats mondiaux du hockey junior entreprendront la défense de leur titre, vendredi, contre la République tchèque.

« Je suis fier que l’on m’ait demandé, et les deux dernières fois (le championnat des M18 et le mondial junior 2009) ce fut une surprise, car je ne m’y attendais vraiment pas », explique Quinn. « Alors, je suis vraiment fier que l’on me l’ait demandé et je suis excité d’y participer. »

Le hockey est son passe-temps et sa passion. Cet Irlandais affable adore être près de la patinoire; il dit qu’il y a peu de différences entre être entraîneur de joueurs de la LNH et entraîneur d’adolescents parce qu’ils partagent tous un amour du hockey.

« Les principes de l’entraînement ne sont pas différents, peu importe avec qui vous faites affaire, que ce soit des gars de 50 ans ou des enfants de cinq ans », explique Quinn. « Vous devez déterminer le niveau de talent des joueurs et la sorte de plan que vous pouvez leur offrir pour qu’ils connaissent du succès. Vous appuyez vos joueurs et leur en demandez beaucoup puis, à la fin de la journée, vous avez une chance de gagner. »

« L’essentiel, c’est que la seule chose que les jeunes et les moins jeunes veulent, c’est de bien faire le travail. Et mon travail comme entraîneur c’est de trouver une façon pour qu’ils puissent le faire, qu’ils puissent faire de leur mieux. Vous entendez ça tout le temps, mais c’est vraiment ce dont il s’agit. »

Quinn et son personnel ont choisi une formation qui compte huit joueurs de 18 ans et deux de 17 ans. Le mondial junior est réputé être un événement où la pression est très grande et où les joueurs de 19 ans dominent le jeu.

Les critiques ont souvent maintenu que lorsque Quinn était dans la LNH, il préférait les vétérans aux jeunes joueurs. Cet argument est facile à rejeter, surtout à la lumière de la médaille d’or gagnée par les moins de 18 ans au printemps dernier.

« Il y a un fil conducteur dans le jeu, que vous soyez un bonhomme plus âgé ou un jeune. Ce que nous avons, c’est le langage commun et c’est ça le jeu », déclare Quinn. « Ils veulent faire de leur mieux et je veux les aider à faire de leur mieux. »

« Alors, oui il y a une différence d’âge, oui ils écoutent une musique différente et ont des points de vue différents (sur la vie), mais leurs valeurs ne diffèrent pas tellement des miennes. Leurs valeurs ne sont pas si différentes. Ils sont plus intelligents que nous l’étions à leur âge. Ils sont exposés à plus de choses et parfois, ils semblent avoir plus de maturité. Mais nous avons ce langage commun. »

Avec Quinn derrière le banc, les Canadiens vont insister sur la discipline et la défensive. La clé du succès du Canada lors de ses quatre conquêtes consécutives de la médaille d’or au mondial junior a été une défensive serrée et résistante dans les trois zones et la pression exercée sur les adversaires les forçant à perdre la rondelle.

Quinn veut que ses joueurs soient robustes, mais pas qu’ils se promènent partout sur la glace voulant donner une solide mise en échec ou se venger.

« Tu dois tendre l’autre joue, tu dois faire preuve de ténacité, et lorsque tu as l’occasion de frapper un adversaire, assure-toi de finir le travail. Ne laisse personne se tirer d’affaire, mais ne coure pas après parce que les punitions vont te faire du tort et, plus tard, lorsque ça devient une série d’un match, tu dois faire preuve de contrôle », explique-t-il.

Et vous savez que Quinn fera tout pour garder les choses sous contrôle.

» Championnat mondial junior 2009


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Morgan Bell
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6427
mbell@hockeycanada.ca

   
 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: