Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Le Président de la Fédération Internationale de Hockey Sur Glace Rencontre Les Médias à la Place Gm
George T. Baker
|
WJC.066.06
|
4 janvier 2006
|
|

Le président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), René Fasel, le président du tournoi du mondial junior, Frank Gonzales, et le président de Hockey Canada, Bob Nicholson, ont rencontré les médias à Vancouver, mercredi après-midi. Ils ont discuté, entre autres, de l’excellent travail accompli par la Colombie-Britannique pour la tenue du mondial junior cette année et de l’avenir du hockey féminin aux Olympiques.

René Fasel a annoncé que les trois villes-hôtes, soit Vancouver, Kamloops et Kelowna ont établi un record d’assistance de 269 510, éclipsant l’ancien record de 229 000 établi par Halifax et Sydney en 2003. Après 27 matchs, cela signifie qu’en moyenne, 9 982 spectateurs ont franchi les tourniquets pour chaque match.

« Je suis heureux d’être de retour à Vancouver », a dit René Fasel qui, en raison de ses obligations pour les Olympiques, doit visiter la Côte Ouest quatre ou cinq fois par année.

« J’ai vraiment été surpris en regardant la télé et lorsque j’ai vu le match hier en compagnie de Bob [Nicholson] et de Frank [Gonzalez] de voir les gens », a dit monsieur Fasel. « Nous devrions franchir le cap des 300 000 une fois que tous les matchs auront eu lieu. »

« Vous pouvez vous imaginer pour les jeunes de la Lettonie, de la Suisse ou de la Norvège – même pour les jeunes Canadiens – devant une salle comble, 18 000 personnes », a ajouté René Fasel. « Que voulez-vous de plus pour notre jeu? »

Le président de l’IIHF a été ravi de l’appui que le tournoi a reçu jusqu’à maintenant dans la province canadienne située le long du Pacifique. L’appui dans les autres pays n’a pas été aussi massif qu’ici au Canada. L’an prochain, le tournoi sera présenté en Suède et les attentes quant à l’assistance ne sont pas aussi élevées que si le tournoi avait encore lieu au Canada.

Selon René Fasel, l’appui moins marqué est dû à l’intérêt des partisans européens, expliquant que même les compétitions de soccer junior sont moins populaires que les compétitions des seniors.

« La plupart des autres pays seraient heureux de venir au Canada, mais ils doivent aussi avoir la chance de le présenter dans leur propre pays », a jouté Frank Gonzales. « C’est bien pour les équipes et les spectateurs de venir au Canada et je suis certain que la prochaine fois que nous serons ici ce sera encore plus gros, mais je pense que les autres pays veulent aussi vraiment avoir la chance de l’organiser. »

Le travail des officiels a fait l’objet de discussions au début du tournoi. Lorsque nous avons posé des questions sur le travail des officiels jusqu’à maintenant au mondial junior et sur ce à quoi nous devons nous attendre de la part des officiels aux Jeux olympiques de Turin, René Fasel s’est empressé de défendre les officiels.

« Je dois avouer que les matchs que j’ai vus hier n’étaient pas si mal », a dit René Fasel. « Nous n’avons rien décidé – il n’y a pas de nouvelles règles. Ce n’est que l’application des anciennes. »

Le président de l’IIHF a ensuite parlé de la façon dont la LNH a modifié l’application des règles comparativement à la façon dont l’IIHF a abordé les règles.

« En 19, nous avons vraiment essayé d’appliquer les règles, mais nous avons [aussi] essayé de maintenir un équilibre avec la LNH » a expliqué René Fasel. « J’ai été très surpris quand la LNH a soudainement décidé d’appliquer les règles. Nous attendions et nous regardions et nous avons été surpris que la LNH ait continué de le faire [pour la saison régulière]. »

« Nous avons eu des défis à relever au début. Ce n’est pas parfait, mais même la LNH éprouve des difficultés avec [l’application]. Mais ils ont deux arbitres et 10 matchs par semaine pour étudier la situation alors que nous avons 31 matchs ici – pas facile. »

Le hockey féminin a aussi été abordé lors de la conférence de presse. On a posé la question à René Fasel à savoir si l’on avait songé à réduire le nombre de compétitions féminines à cause des difficultés des autres nations contre le Canada et les États-Unis.

« Je ne pense pas », a répondu René Fasel. « Au Comité international olympique, nous sommes pour les sports chez les femmes. C’est une question de patience. Si nous regardons le volet [du hockey] masculin, disons en 1928, la Suisse avait été battue par le Canada 28 –0. »

« Je pense que l’un des éléments-clés ici, c’est que le Canada et les États-Unis dépensent beaucoup d’argent pour leurs équipes nationales », a dit Bob Nicholson. « Nous centralisons nos équipes et nous espérons que d’autres pays vont commencer à le faire. Mais je pense, surtout, lorsque vous regardez ce que font les pays au sommet du classement, prenons le championnat mondial des moins de 18 ans, il faut le ramener à ce niveau-là afin que chaque pays ait un plus grand bassin [de joueuses]. »

Bob Nicholson a ajouté que 2006 marque la dernière fois que le Canada présente un mondial junior dans trois villes différentes. Il dit que restreindre le nombre de sites à deux serait plus avantageux pour les joueurs.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: