Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Westlake Se Convertit Au Hockey Sur Luge
Service de nouvelles olympiques
PARA.003.06
|
13 mars 2006
|
|

Torino, ITALIE – Greg Westlake a fait volte-face. Le sport auquel il n’avait aucun temps à consacrer est maintenant le sport qu’il adore.

Il y a quelques années, Westlake, qui est un double amputé des jambes sous les genoux, jouait au hockey sur glace avec des gens physiquement aptes quelques fois par semaine. Il fixait ses prosthèses, revêtait son équipement de gardien de but et vivait le « rêve canadien ».

« J’ai tout fait; j’ai joué au hockey l’hiver, au hockey-balle l’été, tout. Je voulais être le premier amputé dans la Ligue nationale de Hockey », dit-il.

Loin de lui l’idée de pratiquer un sport pour les handicapés. « Pas beaucoup d’habiletés athlétiques dans ça », pensait-il à l’époque.

Mais les exigences du poste de gardien de but – se jeter sur la glace pour effectuer les arrêts, se relever, et ce, quelques douzaines de fois par match, 80 fois par saison – ont eu raison de lui. Westlake rentrait chez lui après les matchs, retirait ses jambes artificielles et, souffrant terriblement, s’assoyait devant le téléviseur. Il a finalement dû abandonner son rêve de devenir un joueur de hockey professionnel le soir où l’arrière de ses genoux était rempli de pus.

Lorsque quelqu’un lui a suggéré d’essayer le hockey sur luge, Westlake n’avait aucune idée ce dont il parlait. Il s’est tout de même rendu à la séance d’entraînement, surtout pour faire plaisir à la personne qui l’avait invité.

« J’ai haï ça », dit Westlake, pendant une pause aux Jeux paralympiques d’hiver de 2006 à Turin. « Je n’avais vraiment pas le désir de jouer. Je dénigrais les habiletés athlétiques. Ce n’est pas du hockey. »

« La luge ne faisait pas. Je n’arrivais pas à trouver mon équilibre. Je ne voyais aucunement comment j’allais pratiquer ce sport. Je venais d’arrêter de jouer au vrai hockey et ceci n’était pas pour moi. »

Westlake est un golfeur accompli et personne ne doutait de ses habiletés athlétiques. C’est pourquoi les gens ne l’ont jamais abandonné. Des dispositions ont été prises pour lui procurer une luge convenable et Westlake a accepté d’essayer une deuxième fois.

Cette fois-ci, quelque chose a cliqué et Westlake s’est rapidement épris du sport et au lieu d’arrêter la rondelle, on lui a demandé de jouer à l’avant où l’objectif est de marquer des buts.

« Je me sens comme si je jouais au hockey », dit Westlake. « J’ai essayé d’autres sports, du basket-ball et du golf en fauteuil roulant, et c’est ce qui ressemble le plus au vrai sport. C’est tellement comme le hockey debout. La vitesse est là. Tu peux frapper et la stratégie est la même. »

Westlake est devenu membre de l’équipe nationale canadienne de hockey sur luge il y a trois ans et les Jeux paralympiques d’hiver 2006 marquent sa première participation aux Paralympiques.

Quant à celui qui a critiqué le peu d’habiletés athlétiques des joueurs de hockey sur luge, Westlake sait maintenant qu’il a parlé sans connaître tous les faits.

« Ces gars-là », dit-il en pointant vers le vestiaire de l’équipe au bout du corridor, « sont de vrais athlètes. »


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: