Reseau de Hockey Canada |
Événements
Défi mondial des m17
Coupe des 4 nations
Coupe Deutschland
Nouvelles
David Aebischer Se Souvient de L'Exploit Suisse de 1998
Lucas Aykroyd
|
WJC023.05
|
25 décembre 2005
|
|

Sans David Arbischer, la Suisse n’aurait rien dont se vanter dans l’histoire du Championnat mondial junior. Voilà tout un énoncé, mais si l’on considère que le gardien originaire de Fribourg a mené la Suisse à sa seule médaille de tous les temps en 1998 (le bronze) en cumulant une moyenne impressionnante de 1,58 but alloué, l’énoncé est tout à fait juste. Le cerbère de 27 ans, qui est doté d’un puissant esprit de rivalité, a connu des difficultés avec l’Avalanche du Colorado cette saison et Martin Gerber, et non David Aebischer, sera probablement le gardien numéro un de la Suisse aux Jeux olympiques de Turin. Mais l’homme que l’on a déjà considéré comme le successeur de Patrick Roy peut toujours savourer le souvenir de ce qu’il a accompli à Helsinki il y a sept ans. Lucas Aykroyd de HockeyCanada.ca a rencontré Aebischer récemment.

HockeyCanada.ca : David, trouves-tu cela étrange que de tous les jeunes joueurs de talent que la Suisse a développés, si peu d’entre eux ont percé les rangs professionnels en Amérique du Nord et sur la scène internationale?

David Aebischer : Oui, c’est un peu bizarre. C’est peut-être une question d’attitude chez les joueurs. Dans leur for intérieur, ils se diront toujours : « Si ça ne fonctionne pas, je peux toujours jouer en Suisse. » Ils sont bien payés là-bas. Je pense que les autres pays n’ont pas ça. Alors, je pense, que c’est ça le plus gros problème.

HockeyCanada.ca : Selon toi, quelle orientation le hockey suisse devrait-il prendre?

Aebischer : Je pense qu’il faut regarder devant. Nous devons essayer de nous rendre au septième rang. Si nous n’agissons pas ainsi, nous allons retomber. Notre programme de hockey doit continuer de s’améliorer, amélioration qui passe par les entraîneurs et tous les aspects du programme.

HockeyCanada.ca : Quels souvenirs associes-tu au mondial junior?

Aebischer : J’ai joué dans deux mondiaux juniors. Le premier était en Suisse et ce fut très agréable de jouer dans mon pays natal. Mais mes meilleurs souvenirs sont du second, où nous avons remporté le bronze. Sur papier, notre équipe n’était peut-être pas aussi forte, mais nous avons formé un tout parfaitement. Tous s’appuyaient les uns les autres. Nous étions de bons amis et nous avons profité de ça. Nous avons joué au-delà de ce que nous étions capables. Parfois, c’est un des points positifs de participer à un tournoi de courte durée. Je pense que j’ai pris part à tous les matchs sauf un.

HockeyCanada.ca : Vous avez fait match nul avec les Russes avant de vaincre les Suédois et les Tchèques en prolongation lors de la ronde éliminatoire en 1998. Lequel de ces matchs a été le plus difficile?

Aebischer : Je pense que ce fut celui contre les Suédois; ce fut vraiment spécial. En deuxième période, nous avons dû résister à un avantage suédois de 5 contre 3 et Julien Vauclair a fait un excellent travail à la défensive – il a joué un peu plus tard pour Ottawa. Nous avons réussi, je ne sais trop comment, à garder la rondelle hors du but pendant deux minutes. Nous avons marqué alors qu’il restait environ deux minutes au match pour niveler la marque et puis le match s’est terminé par des tirs de barrage où il a fallu neuf ou dix tireurs. C’est alors que nous avons gagné, et ce fut spécial parce que je pense que ce fut ma plus importante victoire au mondial junior.

HockeyCanada.ca : Est-ce que tu vas suivre le tournoi de Vancouver cette année?

Aebischer : Oui, évidemment. Tout le monde prend pour son pays. Je m’intéresse toujours à ce que font les Suisses. Malheureusement, au cours des trois ou quatre derniers mondiaux juniors, nous n’avons pas fait aussi bien que prévu, mais j’espère que cette année, nous accéderons à la ronde des médailles et peut-être que nous allons battre une bonne équipe.

HockeyCanada.ca : Que sais-tu de la formation suisse cette année?

Aebischer : Pas grand chose. C’est vraiment difficile à suivre. Ce n’est pas comme au Canada où vous pouvez facilement voir les statistiques des joueurs juniors. On connaît quelques joueurs qui évoluent dans la Division 1 et c’est à peu près tout. Chaque année, c’est un peu une surprise de voir qui fait partie de l’équipe.

HockeyCanada.ca : Est-ce que ce sera très difficile pour les Suisses de s’adapter à la surface nord-américaine plus petite?

Aebischer : Je ne crois pas que ce sera un gros problème. Les Suisses vont arriver ici quelques semaines à l’avance, ils vont s’entraîner sur la surface plus petite et y disputer quelques matchs et ils vont s’y habituer.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: