Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
La Dernière Ligne de Défense du Canada
John Edison
|
WJC.009.04
|
31 décembre 2004
|
|

GRAND FORKS, DAKOTA DU NORD – L’été dernier, le gardien de l’équipe nationale junior du Canada, Jeff Glass, ne s’attendait pas à jouer un rôle, si rôle il jouait, au Championnat mondial de hockey junior 2005.

Le gardien du Ice de Kootenay dit qu’il a passé tout l’été à améliorer ses habiletés individuelles. Les gens le surveillaient, surtout le personnel d’Équipe Canada, et ils ont remarqué que le jeune homme de 6 pi 2 po de Cochrane, Alberta, avait pris beaucoup de maturité.

« Je pense que j’étais un peu sur leur radar », dit Jeff Glass. « Je pense que c’est la combinaison de plein de choses. J’ai pris de la maturité comme personne et comme gardien de but. L’ensemble de mon jeu s’est amélioré. »

Malgré le fait que Glass n’avait pas beaucoup participé au programme junior du Canada avant le championnat mondial junior de cette année, à Grand Forks, dans le Dakota du Nord, son excellent jeu retient certainement l’attention.

Le choix au repêchage des Sénateurs d’Ottawa est le meilleur gardien de but du tournoi. Il a gardé le filet pour trois des quatre matchs d’Équipe Canada et a cumulé un pourcentage d’efficacité de 0,917 et une moyenne de buts alloués de 1,67.

Avec le jeu solide de la défensive canadienne, une des principales situations auxquelles Glass a dû faire face est de rester concentré sur le match lorsqu’il ne reçoit pas beaucoup de tirs. Au cours de ses trois matchs, il a repoussé 60 tirs au total.

Il dit que le faible nombre de tirs dirigés vers lui a nécessité un ajustement, mais il trouve d’autres façons de rester dans le match.

« J’ai tendance à jouer le match dans ma tête et à parler aux joueurs », dit Glass. « Je fais ce que je peux pour rester dans le match. »

Les choses pourraient toutefois changer puisqu’Équipe Canada est à court de défenseurs. Cam Barker souffre d’une mononucléose et ne participera plus au tournoi et Brent Seabrook n’a pas pris part à la troisième période. Pour sa part, Jeff Glass ne pense pas qu’il aura à affronter beaucoup plus de tirs.

« Ils (les défenseurs) sont habitués de jouer 40 minutes par match avec leur club. Ce sont tous des chevaux de bataille sur cette équipe. Je pense que pour eux l’ajustement a été de jouer un peu moins. »

Les ajustements ont été chose courante pour Glass jusqu’à maintenant dans le tournoi. C’est sa première présence au championnat mondial junior. Évidemment, cela diffère un peu de ce à quoi il est habitué dans la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL).

Avec l’aide de la défensive, Glass n’a eu aucune difficulté à s’ajuster. « Je pense que la chose la plus importante a été la ligne rouge. Je m’amuse un peu avec ça, à faire la grande passe pour la sortie de zone. À part ça, notre défensive a été excellente pour moi. »

Cela ne veut pas dire qu’il n’avait pas quelques papillons dans le ventre avant le match d’ouverture du Canada contre la Slovaquie. Il a semblé hésiter un peu au début, mais il a pris de l’assurance à chaque match depuis ce temps.

« Je pense que je m’améliore au fur et à mesure que le tournoi avance. J’étais vraiment nerveux au premier match, je ne sais pas pourquoi. C’est simplement le trac d’avant-match », dit-il. « J’ai oublié ce match-là et je me suis amélioré au fur et à mesure que le tournoi se déroule. J’espère continuer de m’améliorer. »

Jeff Glass et ses coéquipiers d’Équipe Canada jouissent de deux jours de repos avant d’affronter, dimanche, le gagnant du match quart de finale opposant la Finlande à la République tchèque.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: