Allemagne 3 - Université de Carleton 0

L’Allemagne bat les Ravens de l’Université Carleton par jeu blanc dans un retour émotif pour Seiler

par Mark Staffieri

OTTAWA, Ont. – Sara Seiler a vécu un match émotif contre son ancienne équipe, les Ravens de l’Université Carleton, sur leur patinoire dimanche soir. Le duel s’est amorcé avec une mise au jeu protocolaire impliquant Sue Scherer, qui a été la première capitaine de l’équipe nationale féminine du Canada, ayant remporté le tout premier Championnat mondial féminin l’IIHF, en 1990.

Les Allemandes ont été aux commandes de cet affrontement, l’emportant 3-0 à l’Ice House de l’Université Carleton à Ottawa.

Tôt dans la rencontre, les Allemandes croyaient bien avoir pris la première avance du match. Dans la zone des Ravens, Seiler a effectué une passe transversale qui a rebondi sur le patin d’une défenseure des Ravens, Kaylee Welk. Même si la rondelle a pénétré dans le filet adverse, le but a été refusé.

Manuela Anwander de l’Allemagne a réussi à décocher quelques tirs sur la gardienne partante des Ravens, Tamber Tisdale. Malgré plusieurs montées d’un côté comme de l’autre et que les deux équipes patinaient bien, elles ont eu de la misère à produire quelque chose en attaque.

Maritta Becker, de l’Allemagne, a été punie pour avoir accroché, écopant de la première punition du match. Les Ravens n’ont pu profiter de cette chance sur le jeu de puissance. Ivonne Schroder, gardienne partante de la troupe allemande, a été en mesure de neutraliser l’attaque massive.

Seiler s’est faufilée dans la circulation de Carleton, mais son tir a été bloqué par la gardienne des Ravens. À mesure que les minutes s’écoulaient, les Allemandes bombardaient Tisdale. Avant la fin de la période, cette persévérance a permis à l’Allemagne de prendre une première avance. Sur ses genoux, Julia Zorn est parvenue à pousser le disque derrière Tisdale pour procurer une avance de 1-0 aux siennes.

Au deuxième tiers, l’Allemagne a poursuivi sur sa lancée en doublant son avance. Avec 18 min 15 s au cadran, Franziska Busch a battu Tisdale et c’était 2-0.

Environ à mi-chemin dans la rencontre, les Ravens ont changé de gardienne de but et Eri Kiribuchi s’est amenée devant le filet. Les Allemandes ont fait de même quelques minutes plus tard, alors que Viona Harrer a remplacé Schroder.

Pendant le reste de la période, les Ravens ont eu de la misère à s’organiser en attaque. Tout au long du duel, l’Allemagne a été solide en défense, frustrant les Ravens. Kiribuchi a permis aux joueuses des Ravens de garder le moral, réalisant un arrêt avec la jambière contre Anwander pour éviter que les Allemandes augmentent leur avance.

La troisième période s’est amorcée sur une note humoristique. Alors que les Ravens jouaient en avantage numérique, Seiler et l’arrière des Ravens Erin Beaver sont entrées en collision. Seiler a trébuché et heurté Kiribuchi. Les deux ont souri en se relevant.

Même si les Allemandes ont neutralisé la première supériorité numérique des Ravens, ça n’a pas pris trop de temps avant que les Ravens aient une autre occasion. Maritta Becker a été chassée pour avoir fait trébucher. Alors que les Ravens jouaient avec ardeur, ils ont eu de la misère à résoudre l’énigme de la défensive allemande.

Après avoir écoulé deux punitions, la formation allemande s’est retroussé les manches en attaque. Andrea Lanzl a ajouté à l’avance des siennes pour combler les partisanes de son équipe dans l’assistance. Après le but, la capitaine adjointe des Ravens Victoria Gouge a écopé d’une punition et les Allemandes ont bénéficié d’une supériorité numérique.

Kiribuchi a continué d’être testée. Sophie Kratzer a décoché un tir puissant du centre de la glace. Les Allemandes ont continué d’exercer de la pression, Lanzl dirigeant l’offensive. Même si Kiribuchi a réussi à ne pas accorder d’autre but, les Ravens ont été blanchis de la feuille de pointage, s’inclinant 3-0.


L’INSTANT : Allemagne @ Ravens de l’Université Carleton – Dimanche 31 mars

par Mark Staffieri

OTTAWA Ont. – L’excitation de Sara Seiler de l’Allemagne qui jouait contre son ancienne équipe, les Ravens de l’Université Carleton, a transmis une belle énergie dans l’Ice House de l’Université Carleton qui ne comptait pas de siège vide, alors que les amateurs de hockey allemands et canadiens avaient hâte d’assister à un événement unique.

Tandis qu’Ottawa est son deuxième domicile, Seiler a l’occasion d’être reconnue comme une grande chef de file et une porte-parole du hockey féminin au Championnat mondial de hockey sur glace féminin 2013 de l’IIHF. Avec la légende du hockey Sue Scherer et l’ambassadeur de l’Allemagne au Canada qui participaient aux cérémonies d’avant-match, il y avait un beau sentiment de fierté qui régnait tandis que l’on célébrait le hockey féminin.

Alors que plusieurs joueuses des Ravens ont déjà joué avec Seiler, le fait de l’affronter leur a permis de faire preuve d’esprit sportif. Pour la capitaine des Ravens Blaire MacDonald, le match était encore plus unique, puisqu’elle a eu la chance de jouer contre celle (Seiler) de qui elle avait hérité du titre de capitaine des Ravens.

Chaque fois que Seiler touchait au disque, il y avait de l’électricité dans l’air, les amateurs espérant un peu de magie sur la glace. Même si les Allemandes l’ont emporté 3-0, personne n’a perdu aujourd’hui. Les partisans et les joueuses ont participé à un moment spécial dans la carrière de Sara Seiler.

Les Allemandes ayant tenu leur camp d’entraînement à l’Université Carleton, le match a permis de redonner aux amateurs et à l’université en guise de remerciement. Après qu’Eri Kiribuchi et que Juila Zorn ont reçu leur prix de joueuse du match, le gérant de l’équipe allemande Peter Gemsjager a fait cadeau d’un chandail de l’Allemagne à l’entraîneure-chef de l’Université Carleton, Shelley Coolidge.

Ce geste a symbolisé un bel esprit qui prévaut au Championnat mondial de hockey sur glace féminin 2013 de l’IIHF.

Videos