Journal de la capitaine : 06
le 8 février 2003

Ce fut notre dernier jour ici. Quel voyage ! Nous avons affronté divers obstacles au cours de la dernière semaine. Nous avons surmonté la grande fatigue du voyage de 24 heures vers Salzgitter en jouant au Dino, jeu qui consiste à faire bondir une super balle dans la poubelle du vestiaire. À Salzgitter, les souvenirs de matchs de hockey sur l'étang ont été ravivés par les – 40°C qui régnaient à l'intérieur de l'aréna (il faisait plus chaud dehors). Il ne manquait que les tas de neige poussée par le vent dans les coins. L'aréna avait beau être froid, les gens de Salzgitter nous ont réservé un accueil chaleureux.

L'aréna de Hanovre était complètement différent… il était entièrement équipé. Il y avait même des meneuses de claques avec des pompons roses et blancs. Elles étaient âgées de 5 à 15 ans et se tenaient sur la glace à notre arrivée pour former une sorte de tunnel que nous devions traverser. Elles ont même effectué un petit numéro de danse entre la 1re et la 2e période.

Notre semaine n'aurait pu mieux se dérouler. Nous avons terminé avec une performance typiquement canadienne, remportant nos quatre derniers matchs. Nous avons marqué tôt dans le match et n'avons jamais regardé derrière. Les partisans étaient de tout acabit, la plupart d'entre eux encourageant l'Allemagne, mais tout au long du match nous entendions un petit groupe situé de l'autre côté de la patinoire (pas nos parents), crier GO CANADA GO. Avant la fin du match, les quelques 10 partisans se sont rendus derrière notre banc et lorsque le match a pris fin, ils ont retiré leur chandail pour révéler le mot Canada écrit en rouge sur leur poitrine. Il y a vraiment des partisans du hockey canadien aux quatre coins du monde !

Les cérémonies d'après match avaient une allure professionnelle. Nous n'étions pas trop sûres de ce qui se disait, mais nous avons compris quand le moment est venu d'aller chercher notre trophée ; Canada se dit de la même façon dans toutes les langues. On nous a remis un superbe trophée de verre (je ne sais pas comment nous allons le ramener). Puisque les lumières étaient éteintes, à l'exception d'un projecteur au centre de la glace, nous avons dû prendre la photo de la victoire au centre de la patinoire. Cela a semblé prendre une éternité, car il y avait au moins 28 caméras sur la glace pour prendre la photo.

Plusieurs moments drôles et mémorables sont survenus… Les bains contrastants chauds et froids pour aider le syndrome des jambes lourdes… nous avons presque perdu La Toya Clarke dans la partie profonde de la baignoire… heureusement que les tubas existent. Heather Logan a fait tout son possible pour apprendre l'Allemand… je suis convaincue que les Allemands n'ont jamais entendu le mot merci d'autant de façons différentes… dorka, dinke. Puis il y avait les séances quotidiennes de motivation qui ont donné lieu à une merveilleuse prestation des Spice Girls de la part de Lara Perks, Charline Labonté, Logan, Val Hall et Allison Edgar. On aurait cru que les vraies Spice Girls étaient dans la salle. Navada Russell a risqué son temps de glace en imitant Margot devant tout le monde, les entraîneures incluses… heureusement que Margot n'est pas devenue trop émotive. Qui pourra oublier la danse techno en groupe des Finlandaises après le repas que nous avons pris ensemble ?

Un des faits saillants du voyage a été d'entendre notre hymne national huit fois (on le jouait avant et après les matchs). Impossible de décrire ce que l'on ressent debout sur la ligne bleue en entendant l'Ô Canada… aucun autre sentiment ne peut égaler celui-là. Tout le travail acharné et tous les sacrifices sont un bien petit prix à payer pour représenter son pays. Il est juste de dire que chacune d'entre nous gardera, de cette expérience, des souvenirs et des amitiés qui dureront toute la vie. Merci aux gens de Salzgitter et de Hanovre pour la tenue d'un si bel événement. Nous avons aimé vos villes et avons aimé jouer sur vos patinoires.