Journal de la capitaine : 05
le 7 février 2003

Ce fut jour de déménagement aujourd'hui alors que nous avons effectué le voyage d'environ une heure de Salzgitter à Hanovre où a lieu le reste du tournoi. Quel changement ! L'aréna de Hanovre, qui a été construit pour l'Expo, est un aréna comme ceux de la LNH, nouveau, massif et très beau. De plus, l'endroit est non-fumeur (bien qu'il faut le rappelait aux employés de l'aréna). Le vestiaire est énorme.

Il est à noter que les autos peuvent rouler vraiment vite sur l'Autobahn comme peut en témoigner Julie Healy. Le voyage que nous avons effectué aujourd'hui en une heure, elle l'a fait en 30 minutes jeudi. Comme passagère, elle a roulé à 225 km/h et le conducteur (Andreas, notre hôte à Hanovre) a dit qu'il aimerait aller plus vite sauf que sa voiture en est incapable.

Notre hôtel aussi est très bien, plus grand que celui de Salzgitter (nous allons perdre l'ambiance familiale qui régnait à Salzgitter). Il est très moderne sauf qu'aucun ordinateur n'est branché sur Internet… Toutes nos excuses aux gens chez nous, nous ne pourrons plus communiquer par courriel. La nourriture est toujours aussi remarquable.
Avant le match, l'équipe est allée faire une promenade qui s'est vite transformée en un combat de balles de neige. C'était bien, car cela nous a réveillées après le voyage en autobus.

Nous étions beaucoup mieux préparées ce soir à jouer au hockey et cela a paru alors que nous avons dominé les Suisses, contrôlant le jeu dès la première mise au jeu. Rachel (Barrie) a bloqué les quelques chances que les Suissesses ont eues ; nous n'accordons jamais un jeu blanc facile à nos gardiennes !

Jackie Friesen et Becky Klein-Swormink ont marqué leur premier but sur la scène internationale. Nous avons très bien joué « en équipe » et tout semble être rentré dans l'ordre alors que nous nous préparons à affronter l'Allemagne demain (même notre lecteur de disques compacts fonctionne à nouveau). Une victoire dans ce match nous permettra de remporter la Coupe Air Canada, le but premier de notre séjour ici.

Le temps file. Demain est notre dernière journée et il semble que l'on vient juste d'arriver. Nous avons appris beaucoup, surtout comment composer avec des choses hors de notre contrôle comme des vols en retard, des autobus en retard, des bagages perdus et des arénas pleins de fumée. L'équipe forme une famille et nous serons tristes de nous séparer, retournant chacune à nos équipes réparties partout en Amérique du Nord. Nous promettons à toutes les Canadiennes et tous les Canadiens de faire de notre mieux pour que le Canada soit fier de nous. Le match a lieu à 19 h en Allemagne, soit 13 h, heure de Toronto. À demain… au revoir.