Journal de la capitaine : 03
le 5 février 2003

C'était jour de match en Allemagne et nous n'aurions pu demander meilleur début. La journée a commencé par une séance de patinage. Nous avons pu nous lever une demi-heure plus tard parce que les entraîneurs avaient retranché 30 minutes de la séance d'une heure et demie. La séance s'est bien déroulée. Nous avons travaillé notre jeu collectif et perfectionné nos systèmes de jeu. Après la routine habituelle d'après-match, nous sommes revenues manger à l'hôtel. Notre séjour ici se résume comme suit : dormir, s'entraîner, prendre sa douche, manger et dormir à nouveau ! Après le dîner, plusieurs ont profité du temps libre pour retourner magasiner. Cette fois-ci, nous nous sommes dirigées vers le magasin local de birkenstock au centre-ville de Salzgitter, à environ 15 minutes de marche de l'hôtel. Je crois que le vendeur n'a probablement jamais vendu autant de souliers à la fois, mais cela valait la peine, les sandales se vendant seulement 35 euros (environ 50 $ CAD). De retour à l'hôtel, nous avons sauté sur l'occasion de faire une sieste.

L'heure du match est enfin arrivée. Plusieurs étaient visiblement nerveuses et excitées. Le début du match a été intéressant car nous ne savions rien du protocole (puisqu'il s'agissait d'un match hors concours, les organisateurs ont improvisé... il n'y a rien là, nous sommes habituées de nous adapter à toutes sortes de situations). Nous avons simplement repris tout ce que faisait l'équipe allemande. Il y avait un bon nombre de partisans au match, mais la majorité fumait tout au long du match... la meilleure description est comme jouer au hockey au centre d'une brasserie ! Après le match, nous dégagions une odeur de fumée beaucoup plus qu'une « odeur de hockey ».

Le match s'est très bien déroulé et nous avons compté à notre deuxième avantage numérique. Nous avons amorcé la deuxième période avec une avance de 2-0 avant de faiblir un peu et d'allouer deux buts en moins d'une minute. Le relâchement n'a duré qu'une minute puisque notre force de caractère canadienne a repris le dessus et que nous étions de nouveau en avance 3-2 environ une minute plus tard. Nous n'avons jamais regardé derrière après cela.

Un des faits saillants du match était le battement constant d'un tambour situé à l'extrémité éloignée de l'aréna non loin de notre banc. Cela a rendu la communication difficile sur la glace, on ne s'entendait même pas penser ! Ce fut aussi un défi d'effectuer les changements de lignes, car il n'y avait qu'une porte et que le plancher était bas de l'autre côté de la bande. Heureusement, nous nous étions entraînées à sauter par-dessus la bande lors d'un entraînement... plusieurs belles chutes sont survenues à l'entraînement, mais nous étions toutes des expertes l'heure du match venue.

Ce fut un soir de première... Navada Russell et Val Hall ont marqué leur premier but sur la scène internationale et Margot a inscrit sa première victoire comme entraîneure-chef d'une équipe nationale. Dans l'ensemble, le match a été agréable. Le temps file et tout sera terminé d'ici peu. Nous faisons de notre mieux pour savourer chaque instant et le temps que nous passons ensemble.

Nous avons hâte à notre prochain match contre la Finlande et à notre prochaine sieste demain après-midi. À demain... Au revoir de Salzgitter. GEHEN KANADA GEHEN!