Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Les Officielles Féminines Travaillent Fort Pour Prendre du Galon
Geordie Carragher
|
EC.021.12
|
14 mai 2012
|
|

Avec toute l’excitation que soulève un match de hockey, il est facile d’oublier qu’il y a une troisième équipe sur la glace.

Ses membres ne marquent pas de buts, n’effectuent pas d’arrêts spectaculaires, mais ils sont constamment dans le feu de l’action.

Habituellement, leur bon travail est rarement souligné, mais les gens n’hésitent pas à leur tomber dessus dès qu’ils croient qu’ils ont commis une erreur.

Il s’agit bien sûr des officiels dont le rôle est tout aussi important que celui de n’importe quel joueur.
 

Les officiels travaillent fort chaque match pour prendre du galon bien que leurs efforts ne sont pas toujours reconnus pas ceux qu’ils tentent d’encadrer.

Cela dit, il existe de plus en plus d’occasions pour les jeunes officiels de travailler dans les catégories supérieures du hockey, surtout pour les femmes qui veulent porter le noir et blanc.

Mary McKinnon, originaire de Summerside, Île-du-Prince-Édouard, est une officielle de niveau IV de Hockey Canada. Elle vient de terminer sa première affectation comme arbitre à un championnat national à la Coupe Esso 2012.

Elle a commencé à arbitrer alors qu’elle était adolescente puis a décidé de poursuivre sa carrière comme joueuse.

Après avoir mis fin à sa carrière comme joueuse à l’Université Niagara dans l’état de New York, McKinnon dit qu’elle a essayé de continuer à participer au hockey à l’extérieur de la patinoire, mais que ce n’était pas la même chose.

« Je m’ennuyais vraiment de ne pas être sur la glace, d’être là et de participer au jeu », dit-elle.

« Puis je me suis souvenue du temps où j’arbitrais, alors j’ai sorti tout l’équipement, j’ai recommencé à arbitrer et l’année suivante, j’étais affectée à la Coupe Défi atlantique. »

En tant qu’une des officielles possédant le plus d’expérience à la Coupe Esso, le championnat national midget féminin du Canada, McKinnon a suggéré à ses collègues plus jeunes de ne pas trop s’exciter avant un match.  

« Je leur dis de se concentrer plus sur le fait d’adopter un bon positionnement et de prendre les bonnes décisions », dit McKinnon.

Parmi les jeunes officielles à la Coupe Esso se trouvait Nikki MacEwen, une officielle de niveau III de Hockey Canada, originaire de l’Association de hockey mineur North River.

MacEwen dit qu’elle apprend beaucoup des officielles plus vieilles, plus expérimentées, comme McKinnon.

« Elles m’ont vraiment prise sous leur aile et j’ai appris le plus possible auprès d’elles », a dit MacEwen.

Elle admet qu’elle était nerveuse lorsqu’elle a appris qu’elle travaillerait au quatrième tournoi annuel de la Coupe Esso à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard.

« C’était évidemment un sentiment très agréable, mais j’étais aussi nerveuse d’être affectée à quelque chose d’aussi gros pour la première fois. »

McKinnon et MacEwen admettent que leur taux d’adrénaline augmente avant qu’elles s’avancent sur la glace pour arbitrer un match, mais elles ajoutent qu’il ne leur faut pas beaucoup de temps avant de trouver leur rythme.  

« C’est évidemment énergisant avant un match, mais une fois que le match est en cours, tu commences à te calmer », dit MacEwen.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: