Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Élargir Ou Contracter Le Cmj? Voilà la Question

WJC.044
le 29 décembre 2005

Est-ce que la Fédération internationale de hockey sur glace devrait augmenter le nombre d’équipes qui participent au Championnat mondial junior pour continuer le promouvoir le sport à l’échelle de la planète ou devrait-elle diminuer le nombre d’équipes afin d’offrir des matchs plus serrés aux partisans tous les soirs?

C’est la question que nous avons posée à deux correspondants de HockeyCanada.ca, Greg Alexis et Dhiren Mahiban. Lisez bien leurs arguments avant de tirer vos propres conclusions dans ce débat toujours aussi stimulant.

N’oubliez pas qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucun projet pour modifier la structure de 10 équipes que l’on connaît et que les opinions exprimées ci-après ne reflètent pas nécessairement les opinions de Hockey Canada, de la Fédération internationale de hockey sur glace ou du comité organisateur du Championnat mondial junior 2006.

ET SI ELLES ÉTAIENT DOUZE?

Par Greg Alexis

En 1996, l’IIHF a augmenté le nombre d’équipes participant au Championnat mondial junior de huit à dix. Ce nombre est demeuré inchangé depuis les dix dernières années, mais je crois que le moment est venu d’élargir le championnat à 12 équipes.

Premièrement, si un plus grand nombre d’équipes soi-disant faibles ont l’occasion de participer à une compétition internationale, un plus grand nombre de programmes nationaux de hockey sur glace se développeront plus rapidement et obtiendront de meilleurs résultats sur la scène internationale.

Par exemple, la Norvège et la Lettonie participent au Championnat mondial junior cette année, mais elles ne seront probablement pas de retour l’an prochain à cause de leur piètre performance jusqu’à maintenant. Mais, si nous invitons 12 équipes, des nations comme celles-ci auront de meilleures chances si elles participent annuellement et commencent à gagner des matchs.

De plus, si les jeunes de ces pays prennent l’habitude de regarder le tournoi à la télévision chaque année comme le font les jeunes au Canada (pourvu, bien sûr, que les matchs soient télédiffusés), ils voudront imiter leurs héros. Le succès des programmes de hockey commence à l’échelle communautaire.

Deuxièmement, s’il y a plus d’équipes au tournoi, il sera plus facile d’accroître la popularité du hockey dans des endroits où le hockey ne fait peut-être pas la une du cahier des sports à l’heure actuelle.

L’énoncé de mission de l’IIHF comprend l’objectif de « développer le sport du hockey sur glace globalement avec des ressources compilées à l’échelle internationale. » À mon avis, limiter le nombre d’équipes qui participent au mondial junior à 10 limite aussi la capacité d’accroître la commercialisation du sport.

Regarder le succès du soccer sur la scène internationale. Tous les quatre ans, 32 équipes essaient de remporter la Coupe du monde.

Il est évident que 32 équipes au mondial junior seraient beaucoup trop et à l’heure actuelle, il n’y a pas suffisamment de joueurs de talent sur la planète pour justifier une structure du genre au niveau de l’élite. Mais 12 n’est pas un nombre exagéré si l’on considère la forte présence du hockey dans des pays comme la Biélorussie, l’Allemagne, l’Autriche et l’Ukraine

Permettre à plus d’équipes de participer au niveau junior ne rendrait pas le hockey aussi populaire que le soccer, mais ce serait un pas dans la bonne direction.

HUIT SERAIT IDÉAL

Par Dhiren Mahiban

Si jamais l’IIHF décidait de modifier les critères d’admissibilité à son Championnat mondial junior annuel, je crois qu’elle devrait songer à diminuer le nombre d’équipes participantes plutôt qu’à l’augmenter.

De 1977 à 1996, huit équipes nationales étaient autorisées à participer chaque année. Retourner à une structure de huit équipes rendrait la compétition beaucoup plus serrée.

Cette structure allégée permettrait d’éliminer complètement les quarts de finale. Les deux meilleures équipes de chaque groupe accéderaient aux demi-finales, augmentant ainsi l’importance des matchs de la ronde préliminaire pour tous les pays en ce qui a trait aux points.

Une structure de ce genre exclurait sans doute des pays comme la Lettonie et la Norvège. Mais, cela ferait en sorte que des équipes comme les États-Unis n’auraient pas l’occasion de gonfler leurs buts pour en écrasant des pays plus faibles comme la Norvège.

Par exemple, selon le classement actuel, les États-unis pourraient potentiellement s’emparer du premier rang aux dépens du Canada en cas d’égalité (disons que le Canada et les États-Unis font match nul la veille du Jour de l’An), car les États-Unis ont marqué plus de buts (avant les matchs de jeudi) grâce à leur bombardement de 11 –2 de la Norvège, lundi soir.

Avec huit équipes en lice, de tels résultats pourraient néanmoins se produire de temps à autre, mais ils seraient beaucoup plus rares.

En diminuant le nombre d’équipes participantes, la compétition serait plus intéressante pour les partisans, les équipes devant remporter chaque match. Tous les matchs seraient comme un match éliminatoire.

Accueillir 12 équipes produirait l’effet contraire en affaiblissant les adversaires, permettant aux équipes plus fortes de continuer d’anéantir des nations comme la Biélorussie et l’Allemagne. De plus, l’intérêt des partisans serait moins grand pour les matchs opposant de telles formations, rendant la vente de billets plus difficiles.

Au bout du compte, il serait dans l’intérêt fondamental de l’IIHF d’intensifier la compétition en réduisant le nombre d’équipes au CMJ à huit plutôt que de l’augmenter à 12, si jamais ce sujet faisait l’objet de discussions.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: