Reseau de Hockey Canada |
Événements
Défi mondial des m17
Coupe des 4 nations
Coupe Deutschland
Nouvelles
Redden et Iginla; Deux Exemples de Réussite du Programme D'Excellence
OLY.004.06
|
17 février 2006
|
|

Il y a maintenant plus de douze ans que Wade Redden et Jarome Iginla se rencontrent dans les vestiaires d’Équipe Canada et du programme d’excellence. Ces deux vedettes de la LNH ont joué ensemble pour la première fois en 1994 comme membres d’Équipe Pacifique au Défi mondial des moins de 17 ans. Ils ont remporté le bronze cette année-là, mais depuis ce temps, les deux ont cumulé des médailles d’or comme coéquipiers au sein d’Équipe Canada.

Quelques mois seulement après leur expérience chez les moins de 17 ans, Redden et Iginla ont fait partie de l’équipe canadienne des moins de 18 ans qui a remporté la Copa Mexico en 1995 à Mexico City de façon convaincante par la marque de 5 –2 sur les États-Unis en finale.

Redden a remporté l’or au Championnat mondial junior de 1995 alors qu’il avait 17 ans et les deux se sont retrouvés au Championnat mondial junior de 1996 pour remporter l’or. Iginla, qui en était à sa première et seule participation au mondial junior, a été nommé le meilleur avant du tournoi à Boston après avoir terminé au premier rang des marqueurs du tournoi.

Ce fut au tour d’Iginla de remporter les honneurs internationaux en 2002. Le jeune homme originaire de St-Albert, Alberta, a évolué avec l’équipe olympique masculine du Canada qui a remporté l’or aux Jeux olympiques d’hiver mettant fin à une disette de 50 ans. Les deux hommes ont ensuite joué des rôles-clés pour le Canada lors de la conquête de la Coupe du monde 2004. Maintenant, le Canada fera de nouveau appel à leur talent aux Jeux olympiques d’hiver 2006.

Les deux joueurs, qui partagent maintenant la scène internationale à Turin, se rappellent leurs premières expériences au hockey international lorsqu’ils se sont rencontrés comme membres d’Équipe Pacifique en 1994.

« C’est amusant de se rappeler quand nous étions jeunes, jouant ensemble et jouant pour le Canada et connaissant du succès », dit Iginla. « Il (Redden) a toujours été un des meilleurs défenseurs. Il était toujours tellement détendu, tout au long du parcours. Et il n’a pas changé du tout à cet égard. Il est intense sur la glace et tout ça, mais avec de la pression, c’est toujours ce que l’on a dit de lui, depuis qu’il a 15 ans lors des essais pour les moins de 16 ans, tout semblait lui réussir sans efforts. »

« Je me souviens du camp, à Edmonton, où les jeunes du Nord de l’Alberta se sont réunis », ajoute Redden. « C’est mon premier souvenir de lui… un grand gars, solide. Il s’en allait à Kamloops et moi, à Brandon et c’est alors que je l’ai connu. Il a toujours été un bon joueur, et un gars imposant et fort. Il n’a certainement pas déçu au cours de sa carrière. »

Le Programme d’excellence de Hockey Canada a été conçu pour permettre au Canada de repérer et de former les jeunes joueurs de hockey ayant le plus de talent, de les encourager, de les motiver à jouer pour le Canada et de leur donner des occasions de se mesurer à des équipes internationales de haut niveau tout en perfectionner leurs habiletés.

Lorsque le programme d’excellence a vu le jour en 1982, son but était de développer de grands joueurs pour la scène internationale, des joueurs comme Iginla et Redden. Mission accomplie! Bien que le parcours de « Iggy » et « Reds » au sein du programme a été pavé d’or, ils sont loin d’être les seuls à représenter le Canada qui défend son titre olympique.

« (Avec le Programme d’excellence de Hockey Canada) tu t’habitues à jouer en équipe rapidement », dit Iginla. « Tu arrives de ton équipe junior pour le championnat mondial junior ou l’équipe des moins de 18 ans et les gens sont habitués de jouer, mais peut-être pas le même rôle. Tu t’habitues à ce qui se passe non seulement sur la glace, mais aussi ailleurs. À la façon de devenir une équipe à l’extérieur de la patinoire. C’est différent. La première fois, tu es vraiment nerveux. Si tu es gêné ou n’importe quoi, tu t’y habitues. C’est fantastique pour apprendre toutes les différentes façons de se développer rapidement comme équipe. »

Redden ajoute : « La chose la plus importante que l’on demande aux joueurs est de laisser leur ego à la porte; je ne sais pas comment le dire autrement. Tout le monde accepte le système. Les Canadiens ont une bonne réputation partout dans le monde. Et je pense que l’altruisme est une de ces caractéristiques que nous avons comme équipe où tous se battent pour atteindre le même objectif. »

Vingt des vingt-six joueurs ont des antécédents au sein du programme d’excellence. Au total, ils ont cumulé vingt-quatre médailles d’or sur la scène internationale. Et bien que les treize médailles d’or remporté aux championnats mondiaux juniors étaient l’objectif premier du programme, il ne fait aucun doute que le succès du Canada aux championnats mondiaux, à la Coupe du monde du hockey et aux Jeux olympiques d’hiver a pris naissance, en grande partie, lors des camps régionaux des moins de 16 ans et au programme des moins de 17 ans.

Et maintenant, la magie du Programme d’excellence de Hockey Canada se poursuit. En 2010, les anciens du programme d’excellence Bergeron, Carter, Crosby, Fleury, Phaneuf, Richards et plusieurs autres devraient à nouveau obtenir un résultat dont le Canada pourra être fier.

Iginla sur comment le fait de jouer avec Équipe Pacifique des moins de 17 ans l’a aidé comme joueur et l’a préparé à d’autres événements de hockey international.

« Ce fut énorme… pour améliorer mon jeu, pour améliorer ma confiance. La première fois, qu’on s’est retrouvés ensemble, Équipe Pacifique regroupait deux provinces. C’était la première fois qu’on jouait avec une autre province. Alors, tu joues avec quelques-uns des meilleurs athlètes des deux provinces. Puis, ça prend de l’ampleur et tout à coup, c’est le mondial junior. C’est difficile à croire que tu es avec quelques-uns des meilleurs joueurs de ton groupe d’âge au Canada. »

« Avec Équipe Pacifique, tu t’habitues à un peu plus de pression. Au mondial junior, il y a beaucoup de pression. Excitant, mais pour les Canadiens qui suivent le jeu à la télé, il y a la pression de porter la feuille d’érable. Tu appends à l’apprécier au fil des ans. Tu l’apprécies à compter du premier jour, mais le fait que tous s’attendent à ce que tu gagnes une médaille d’or… tu t’habitues à aimer ça avec le temps. Ensuite, les championnats mondiaux, les coupes du monde, les Olympiques, c’est… c’est comme une rampe. Et pas seulement pour le prochain événement, mais par exemple, avec Équipe Pacifique, en revenant à ton équipe junior tu as plus de confiance en toi. Même aujourd’hui dans la LNH, tu vas aux Olympiques puis tu reviens et tu t’en sers encore. C’est toute une expérience. Je peux certainement comprendre comment cela peut te développer, t’habituer à différentes pressions, différents défis. »

Redden sur le fait que le Programme d’excellence de Hockey Canada permet aux meilleurs joueurs d’apprendre à se connaître tôt

« C’est une des forces des équipes canadiennes. C’est logique aussi. J’ai sans doute joué avec presque chacun des gars à un moment ou un autre. C’est certainement excitant pour tous les gars, à un tournoi de ce niveau. Tous savent ce que l’on attend d’eux et ce qu’est le hockey canadien. Je pense que c’est ce qui rend tout ça si spécial – d’être dans une salle avec un groupe de gars qui se battent pour la même chose. C’est vraiment excitant. »


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: