Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Le cerveau derrière la bande :
Comment se sent-on à l’écart du jeu à cause d’une commotion? demandez à la hockeyeuse Katie Pittman
Lia Codrington
|
CMF.004.13
|
18 janvier 2013
|
|

Katie Pittman ferme son manuel de maths de 10e année et retire son matériel scolaire de la table. La résidente d’Ottawa place le tout dans le coin à côté de son sac à dos où elle rangeait auparavant ses bâtons de hockey. Sa mère est en train de lui préparer un frappé aux fruits auquel elle ajoute des protéines en poudre pour accélérer la guérison. Katie prend également des Omega-3, du magnésium et de la mélatonine.

À l’âge de 15 ans, Katie a subi une autre commotion pendant un match lorsqu’elle s’est cogné la tête sur la barre transversale.

Par conséquent, Katie connaît bien le traitement associé à une commotion. Elle doit éviter toute activité physique jusqu’à ce que ses symptômes disparaissent ce qui signifie qu’elle ne peut pas jouer au hockey avec son équipe de compétition midget A, l’Ice d’Ottawa. Son manque soudain de temps de glace a entraîné d’importants changements dans son mode de vie.  

« Tu passes de séances de patinage tous les deux jours à rien du tout », dit-elle, en croisant les mains sur la table. « C’est presque comme si tu cessais de vivre. »

Pour les joueuses et joueurs des catégories avancées, le hockey, c’est la vie. Ils arrivent de l’école, font leurs devoirs, mangent et se rendent à l’aréna. Les membres d’une équipe se voient presque tous les soirs et les liens qui les unissent sont serrés. Quand Katie a subi sa dernière commotion, sa perte a secoué l’équipe.  

Selon son entraîneur, Claudio Colaiacovo, le moral de l’équipe a chuté quand les joueuses ont appris que Katie allait rater le reste de la saison. Une onde de choc a secoué le vestiaire. « J’étais abattue », a dit Chiara Germano qui est sur la même équipe que Katie depuis six ans.  

La perte de Katie s’est transportée du vestiaire à la patinoire. Les blessures ont de lourdes conséquences, surtout lors de matchs disputés par des équipes de compétition comme la sienne. Dans la ligue midget A, les deux premières périodes durent 15 minutes et la troisième, 20. Dans les ligues maison, la première et la deuxième période durent 10 minutes et la troisième, 12.  

L’absence d’une joueuse affecte aussi les combinaisons de joueuses. « Le fait que nous avons toujours des partenaires différentes en défensive et que des joueuses différentes jouent à des positions différentes sème un sentiment d’insécurité dans l’équipe », a dit Kayla McSorley qui était la partenaire de Katie à la défensive avant sa commotion. « Surtout que c’est la défensive qui assure l’unité au sein de l’équipe. »

« Parce que tu ne peux pas vraiment plaquer, tu ne peux pas frapper le corps… il a y beaucoup de coups de bâton. Je trouve que les risques de tomber et d’avoir un accident sont plus grands », a dit Katie qui en sait quelque chose.

Une autre Katie, Katie Weatherston, membre de l’équipe nationale féminine du Canada qui a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2006 à Turin en Italie, connaît trop bien les dommages qu’un accident du genre peut causer. Pendant un match de hockey improvisé en 2009, une de ses carres est restée coincée et elle est tombée.

Il ne s’agissait pas de sa première commotion et elle a immédiatement reconnu les symptômes. Ils ont duré pendant plus de deux ans. Selon le Globe and Mail, cette commotion l’a privée de la chance de jouer aux Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver en Colombie-Britannique.

Katie Pittman souffre de symptômes post-commotionnels depuis plus de deux mois.

« Ce n’est pas que je compte, mais ça fait 57 jours que je n’ai pas joué au hockey », dit-elle. « Je ne fais rien. »

Même si elle ne joue pas, Katie n’est pas complètement à l’écart du jeu. Elle agit comme arbitre et assiste à certains matchs de son équipe à titre de spectatrice. Lors d’un de ces matchs, sa mère lui a demandé si elle était satisfaite de l’emplacement de leurs sièges. Katie a répondu, en pointant la glace « Là-bas, ce serait mieux. »

Pour de plus amples renseignements sur la sensibilisation aux commotions et la sécurité, veuillez consulter le www.HockeyCanada.ca/Commotions où vous pouvez aussi télécharger notre nouvelle application sur les commotions pour téléphones Android et iPhone.

Pour de plus amples renseignements sur le Championnat mondial de hockey sur glace féminin 2013 de l’IIHF, veuillez consulter le www.HockeyCanada.ca/Ottawa2013.   


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: