Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Le Canada Porte la Pression de Reprendre ; Le Titre Mondial du Hockey Féminin
ÉNF.002.12
|
2 avril 2012
|
|

OTTAWA (Ontario) – L’équipe nationale féminine du Canada tentera de reconquérir le titre mondial avec deux devises en tête.

L’une est « La pression est un privilège » et l’autre est « Aptitudes et travail ardu ».

La première a été empruntée à la joueuse de tennis Billie Jean King. La deuxième réfère au style que le Canada doit adopter, selon l’entraîneur-chef Dan Church (North York, Ont./Université York, SIC),  pour remporter le championnat mondial qui se mettra en branle samedi, à Burlington, Vt.

« C’est un peu comme un maître charpentier », expliquait Church, dimanche, en provenance d’Ottawa. « C’est un travail de col bleu, mais pour bâtir une belle maison, ça demande beaucoup d’aptitudes, de même que du travail ardu. »

Le slogan de King réfère à la barre haute fixée pour l’équipe canadienne de hockey féminin.

Remporter les huit premiers championnats mondiaux sur 13 a élevé les standards pour les joueuses de hockey du Canada. Échapper le titre au cours des trois dernières finales aux mains des États-Unis a prouvé que l’or n’est pas garanti.

Que les attentes de l’équipe canadienne soient justes ou pas, l’avant d’expérience Hayley Wickenheiser (Shaunavon, Sask./Université de Calgary, SIC) précise que le club a besoin d’être sous pression.

« J’ai été de l’autre côté de la clôture lorsque je jouais au softball et les attentes n’étaient pas là », explique Wickenheiser. « J’aime mieux quand les gens s’attendent à ce que tu gagnes et c’est ce qu’ils veulent de la part de cette équipe. »

« Ce n’est pas quelque chose qui est vécu par tout le monde et toutes les équipes. C’est un privilège. Si personne ne pense que vous devriez gagner, ils ne s’attendront pas à ce que vous l’emportiez. »

Church a nommé, dimanche, les 23 joueuses qui feront partie de sa formation au championnat mondial à l’issue d’un camp de sélection de six jours à Ottawa. Cinq patineuses, dont la triple médaillée d’or olympique Cherie Piper (Scarborough, Ont./Brampton, LCHF), ont été retranchées.

« Cherie est une excellente joueuse, une joueuse très talentueuse, mais les autres devant elles l’ont dominée quelque peu », note Church.

« On parle ici de la plus petite marge. Il est difficile de laisser aller une vétérante comme elle qui a eu un si grand impact dans le passé. Les autres ont simplement été à peine meilleures qu’elle au camp de sélection. »

La formation canadienne s’est rendue au Vermont dimanche pour entreprendre la préparation en équipe. Elle se mesurera aux Suédoises jeudi à Jay Peak, dans un match hors concours.

Le Canada amorcera le tournoi samedi face aux hôtes, les États-Unis, au Gutterson Fieldhouse de l’Université du Vermont.

« Tout le monde sait très bien que nous n’avons pas remporté le mondial depuis 2007 », rappelle Church. « Mon travail comme entraîneur est de nous indiquer la bonne direction en ce qui concerne la préparation physique et mentale pour que nos joueuses soient à leur meilleur lorsque nécessaire et cela devrait se faire, peu importe la situation ou la pression. »

Les arrières Courtney Birchard (Mississauga, Ont./Brampton, LCHF), Laura Fortino (Hamilton, Ont/Université Cornell, ECAC) et Lauriane Rougeau (Beaconsfield, Qc/Université Cornell, ECAC) feront leurs débuts au championnat mondial.

Fortino a inscrit le seul but du Canada dans un gain de 1-0 lors d’un match hors concours samedi, à Ottawa.

Les avants Vicki Bendus (Wasaga Beach, Ont./Brampton, LCHF), Bailey Bram (Ste. Anne, Man./ Université Mercyhurst, CHA) et Brianne Jenner (Oakville, Ont./ Université Cornell, ECAC) participeront également au mondial pour la première fois de leur carrière.

La formation comprend 13 joueuses de l’équipe qui a pris part aux Jeux olympiques d’hiver de 2010 et qui a vaincu les États-Unis 2-0 dans le match pour la médaille d’or à Vancouver, C.-B. Wickenheiser participera quant à elle à un 11e championnat mondial en carrière.

Les autres joueuses d’avant qui avaient fait partie de la formation olympique sont Meghan Agosta (Ruthven, Ont./Montréal, LCHF), Gillian Apps (Unionville, Ont./Brampton, LCHF), Jayna Hefford (Kingston, Ont./Brampton, LCHF), Haley Irwin (Thunder Bay, Ont./Université de Minnesota Duluth, ECAC), Rebecca Johnston (Sudbury, Ont./ Université Cornell, ECAC), Caroline Ouellette (Montréal, Qc/Montréal, LCHF) et Marie-Philip Poulin (Beauceville, Qc/ Université de Boston, HE).

Les athlètes olympiques Tessa Bonhomme (Sudbury, Ont./Toronto, LCHF), Meaghan Mikkelson (St. Albert, Alb./Alberta, LCHF) et Catherine Ward (Montréal, Qc/Montréal, LCHF) ont l’expérience pour venir appuyer la jeune défensive.

Les deux vétérantes des Jeux olympiques, Shannon Szabados (Edmonton, Alb./Northern Alberta  Institute of Technology, ACAC), qui a effectué un jeu blanc de 24 arrêts samedi, et Charline Labonté (Boisbriand, Qc/Université McGill, SIC), défendront la cage canadienne.

Les équipes féminines au championnat mondial ont maintenant le droit d’utiliser 23 joueuses, contrairement à 21 auparavant. Church a pu choisir 13 joueuses d’avant et sept défenseures pour occuper certains rôles, comme le font les formations masculines.

« Comme 13e avant, vous avez besoin d’une joueuse polyvalente, qui peut jouer en infériorité numérique, jouer au centre et à l’aile, qui peut être en action ou rayée de la formation et qui a la capacité mentale de jouer ce rôle », explique Church.

« C’est la même chose pour la septième défenseure. Quelqu’un qui peut jouer au sein des unités spéciales, en avantage et désavantage numérique et qui peut accepter le fait de ne pas jouer beaucoup. »

Tout comme Piper, Emmanuelle Blais (Montréal, Qc/Montréal, LCHF), Sarah Edney Mississauga, Ont./Université Harvard, HE), Jesse Scanzano (Dollard-des-Ormeaux, Qc/Toronto, LCHF), et Tara Watchorn (Newcastle, Ont./ Université de Boston, HE) ont été libérées dimanche.

Hockey Canada annoncera au printemps prochain les joueuses qui seront invitées à Calgary, Alb., pour obtenir un essai avec l’équipe centralisée en vue des Jeux olympiques d’hiver de 2014.

La dépisteuse en chef du programme féminin, Melody Davidson, qui a dirigé l’équipe féminine médaillée d’or olympique en 20, sera au Vermont pour observer les joueuses canadiennes, en ayant les Olympiques en tête.

« Les trois championnats mondiaux au cours de cette période de quatre ans seront bénéfiques pour nous », raconte Davidson. « Nous verrons plusieurs joueuses dans différentes situations. Je crois vraiment que ce sera l’une de nos sélections les plus difficiles pour notre équipe centralisée. »

La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a modifié de façon draconienne le format du championnat mondial de cette année, créant deux groupes, en se basant sur le classement.

Les quatre équipes de tête, le Canada, les États-Unis, la Finlande et la Russie, sont regroupées dans un même groupe, alors que l’Allemagne, la Slovaquie, la Suède et la Suisse forment l’autre groupe.

Les deux meilleurs clubs du groupe A, qui comprend le Canada, obtiendront un laissez-passer en demi-finale. Les deux autres seront opposés aux deux meilleurs du groupe B, en quart de finale.

Contrairement aux autres années, alors que le Canada et les États-Unis croisaient le fer avec des équipes de bas de classement en ronde préliminaire, ils auront une plus forte compétition en ronde préliminaire.

Le Canada a perdu la finale l’an dernier 3-2 en prolongation à Zurich, Suisse. À la Coupe des en novembre, les Canadiennes ont perdu 4-3 en tirs de barrage contre les États-Unis dans le  match de championnat.

« Nous avons subi des défaites difficiles à avaler, une en tirs de barrage et une en prolongation », exprime Wickenheiser. « Au lieu d’attendre un retour chanceux, il serait bien de dominer et de remporter un match de façon décisive. »

« C’est un tout autre état d’esprit, jouer pour survivre comparativement à jouer pour dominer et réellement prendre le contrôle d’un match. C’est cet état d’esprit, cette mentalité, qui doit nous habiter en tant qu’équipe. »


Pour plus d'informations :

André Brin
Directeur, communications
Hockey Canada
403-777-4557
abrin@hockeycanada.ca

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Jason LaRose
Responsable, services du contenu
Hockey Canada
403-777-4553
jlarose@hockeycanada.ca

Kristen Lipscombe
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427
klipscombe@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
CMM18 2014 : CAN 3 - SWE 1
17 avril 2014
Jake Virtanen a marqué deux buts et Mason McDonald a effectué 24 arrêts.
CMFM18 2014 : CAN 5 – USA 1
30 mars 2014
L'équipe fém. des m18 remporte l'or.
CMFM18 2014 : CAN 1 – RUS 0 (Prol.)
29 mars 2014
Le Canada bat la Russie en prolongation.
CMFM18 2014 : CAN 5 – CZE 0
26 mars 2014
Canada blanchit les tchèques.
CMFM18 2014 : CAN 7 – FIN 0
24 mars 2014
Le Canada blanchit la Finlande 7-0.
CMFM18 2014 : CAN 7 – JPN 1
23 mars 2014
Le Canada amorce le mondial avec un gain
OLY 2010 : CAN 2 - USA 0 or
25 février 2010
L'ÉNM du Canada en action aux Jeux olympiques d'hiver 2010 de Vancouver (or).
OLY 2010 : SUI 1 - CAN 10
15 février 2010
L'ÉN féminine du Canada c. la Suisse aux Jeux olympiques d'hiver 2010 de Vancouver.
OLY 2010 : entraînement
13 février 2010
L'équipe nationale féminine du Canada s'entraînant à Vancouver en Colombie-Britannique.
OLY 2010 : cérémonies d'ouverture
12 février 2010
Cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver 2010 de Vancouver.
OLY 2010 : photos d'équipe
09 février 2010
L'équipe nationale féminine du Canada à Vancouver en Colombie-Britannique.
OLY 2010 : entraînement
08 février 2010
L'équipe nationale féminine du Canada s'entraînant à Vancouver en Colombie-Britannique.
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: