Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Un Camp de Sélection de Courte Durée Donne; Peu de Temps Aux Joueurs Pour Se Qualifier; Au Sein de la Formation Canadienne
WJC.017.11
|
12 décembre 2011
|
|

CALGARY – Le camp de sélection de l’équipe nationale junior du Canada était jadis un marathon, mais aujourd’hui il se déroule en un clin d’œil.

Moins de 48 heures après avoir sauté sur la glace pour la première fois, des patineurs seront déjà retranchés mardi matin. La formation finale de 22 joueurs sera dévoilée mercredi.

Des joueurs qui auront voyagé des centaines de kilomètres dans l’espoir de représenter leur pays au prochain Championnat mondial de hockey junior seront renvoyés à la maison après seulement deux matchs intraéquipes.

À une époque, ces hockeyeurs pouvaient compter sur quelques séances sur glace pour impressionner les entraîneurs avant que certains soient libérés.

Ils arrivaient le dimanche et patinaient deux fois par jour avant que l’équipe ne soit annoncée le vendredi. L’équipe sélectionnait les athlètes retranchés en trois rondes au lieu de deux, ce qui leur laissait plus de temps.

Mais le camp de sélection a été fortement raccourci au cours des dernières années.

L’entraîneur-chef Don Hay a annulé les séances de patinage de lundi matin pour permettre aux joueurs de se reposer pour le deuxième match intraéquipe en soirée. Il favorise la qualité de temps de glace à la quantité.

« Nous voulons voir le meilleur d’eux-mêmes », lance Hay. « Nous ne voulons pas évaluer un groupe de joueurs fatigués. »

L’annulation des séances de lundi matin signifie que les 42 patineurs invités ont été sur la glace trois fois avant de voir une première vague de joueurs libérés.

Ils ont patiné dimanche matin durant une heure, mais les hockeyeurs ont passé plus de temps à se délier les jambes après leur voyage. Ils ont pu mettre un peu leurs habiletés de compétition et de combativité à l’épreuve.

Les deux parties intraéquipes sont ce qui compte le plus pour Hay pour l’aider à savoir qui reste et qui part mardi matin.

Les quatre gardiens devraient rester pour un match hors concours en soirée face à une formation universitaire. Mais Tyler Bunz des Tigers de Medicine Hat voulait quand même sauter sur la glace lundi matin pour démontrer son talent.

« J’aimerais avoir plus de chances », note-t-il. « Je suis un gardien constant et lors de chaque séance sur glace, je bataille avec force et je joue de la même façon qu’en situation de match. »

« Je crois que la plupart des joueurs aimeraient avoir plus de séances sur glace pour montrer ce dont ils sont capables. Ce soir je recevrai peut-être deux ou 30 tirs. »

Mais l’ailier des Winter Hawks de Portland Ty Rattie ne pense pas que le processus devrait être plus long.

« J’aime lorsque les camps sont courts et compressés en moins d’une semaine ou une semaine et demie. », dit-il. « C’est comme en tournoi, si vous disputez un mauvais match, vous pouvez perdre votre place. »

« Si vous connaissez une mauvaise sortie ici, vous perdez possiblement votre poste au sein de l’équipe. C’est excitant et j’aime mieux ça ainsi. 

Ce qui a changé au camp de sélection, c’est que Hockey Canada a plus de données sur chaque joueur lors de leur arrivée.

La série annuelle entre des équipes de la Ligue canadienne de hockey et une formation russe est devenue plus compétitive, ce qui permet au dépisteur en chef Kevin Prendergast de mieux connaître un groupe d’espoirs d’environ 70 patineurs.

Le programme canadien des moins de 18 ans a pris de l’ampleur depuis son arrivée au sein du Championnat mondial il y a une décennie. Lorsque Hockey Canada choisit des joueurs de moins de 20 ans, il peut vérifier leur historique à cette compétition.

Des renseignements sur ces événements combinés à la performance des joueurs avec leur équipe de club et au camp estival junior permettent à Prendergast et Hay d’avoir un portrait complet de ce qu’ils ont sous la main au camp de sélection.

Donc pourquoi se donner la peine de tenir un camp, si court soit-il? Et pourquoi inviter 42 joueurs, alors que la moyenne a été d’environ 36?

« Nous croyons que chaque joueur mérite d’être invité pour être évalué à ce niveau », explique Brad Pascall, vice-président, activités hockey chez Hockey Canada. « Nous n’invitons pas des joueurs pour atteindre un certain nombre. »

« Si un joueur mérite d’être ici et qu’il a une chance de faire partie de l’équipe dans un certain rôle, nous allons l’inviter au camp. »

Bien que l’historique d’un joueur soit considéré dans la sélection de l’équipe canadienne, Prendergast affirme que le camp de sélection est toujours le facteur décisif.

« Nous avons plusieurs questionnements et dilemmes », note Prendergast. « Cet athlète est-il aussi bon que celui-ci? Qui voit son jeu baisser d’un cran dans ce type de match? »

Un joueur peut s’écrouler ou s’élever dans l’organigramme de Hay selon sa performance dans un seul match au camp de sélection. D’une certaine manière, un processus de sélection intense simule le tournoi en quelque sorte, selon l’entraîneur.

« C’est un court tournoi », rappelle Hay. « Nous n’avons pas beaucoup de temps pour expliquer. Ils doivent apprendre rapidement et faire les bons choix. »

Hay, Prendergast et les entraîneurs adjoints Scott Walker, George Burnett et Ryan Huska se préparaient à la difficile tâche de libérer des candidats.

Hay n’est pas étranger à ce processus puisqu’il est l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne junior pour la deuxième fois. Il a retranché Brett Lindros de la formation de 1995 qui a mérité l’or à Red Deer, Alb., et on lui a rappelé lundi.

« Je crois que c’était la bonne décision et nous avons remporté la médaille d’or », note Hay. « Il était un bon joueur, mais ne convenait pas à cette équipe. »

Les candidats se préparaient également à passer une nuit blanche, quoique Bunz avait d’autres raisons que la nervosité. Il dit que son cochambreur Scott Wedgewood des Whalers de Plymouth ronfle.

« Il m’a empêché de dormir durant quelques nuits », dit Bunz. « Il sonne comme s’il mangeait un oreiller. »

Rattie n’a pas de cochambreur et n’a pas hâte d’entendre la sonnerie de son téléphone tôt en matinée.

« J’ai ma propre chambre, donc je sais que si le téléphone sonne demain, ce ne sera pour personne d’autre », déduit-il. « Je ne pense pas bien dormir. »


Pour plus d'informations :

André Brin
Directeur, communications
Hockey Canada
403-777-4557
abrin@hockeycanada.ca

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Jason LaRose
Responsable, services du contenu
Hockey Canada
403-777-4553
jlarose@hockeycanada.ca

Kristen Lipscombe
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427
klipscombe@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Coupe Esso 2014 : FRA 7 – MON 2
23 avril 2014
Le Phantom décoche 50 tirs au but pour récolter son premier gain de la Coupe Esso.
Coupe TELUS 2014 : HAL 3 - CHA 7
23 avril 2014
Huit joueurs ont accumulé plus d’un point pour aider Châteauguay à gagner un premier match.
Coupe Esso 2014 : SUD 3 - EDM 2
23 avril 2014
Deux buts en avantage numérique en deuxième propulsent Sudbury à sa troisième victoire.
Coupe TELUS 2014 : PA 1 - CHA 1
22 avril 2014
Les gardiens de but volent la vedette et les Mintos et Grenadiers font match nul.
Coupe Esso 2014 : MON 5 - EDM 4
22 avril 2014
Faith Steeves a réussi un tour du chapeau pour mener les Rockets à leur première victoire.
CMM18 2014 : CAN 2 - RUS 3 (TB)
22 avril 2014
Une défaite en tirs de barrage permet néanmoins au Canada de terminer 1er du groupe A.
Coupe Esso 2014 : WEY 3 - FRA 2
22 avril 2014
Les deux buts de Caitlin Dempsey mènent Fraser Valley à la victoire
Coupe Esso 2014 STC 2 – SUD 1
22 avril 2014
Le but d’Alexa Vasko en infériorité numérique dans les derniers instants du deuxième tiers a fait la différence.
Coupe TELUS 2014 : TOR 3 - HFX 0
22 avril 2014
Longo a marqué deux fois pour procurer un premier gain aux Young Nationals.
Coupe TELUS 2014 : MJ 3 - OKA 3
22 avril 2014
Un autre match nul pour les Generals et les Rockets, cette fois de 3-3.
Coupe TELUS 2014 : HFX 2 - MJ 2
21 avril 2014
Les Generals ont marqué deux fois en troisième période dans un match nul.
Coupe TELUS 2014 : PA 4 - TOR 1
21 avril 2014
Quatre joueurs différents marquent et les Mintos gagnent leur premier match.
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: