Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Le Hockey Collégial, Un Bon Choix Pour Colborne
Scott Cruickshank
|
RBC.018.10
|
27 août 2010
|
|

Joe Colborne ne regrette qu’un seul moment de son séjour avec les Kodiaks de Camrose de la Ligue de hockey junior de l’Alberta : celui qui lui a fait vraiment mal.

Avec quelques secondes à faire lors du match le plus important de sa vie, Colborne est positionné dans la zone privilégiée. Il reçoit la rondelle, la dirige vers le haut du filet, mais le gardien Taylor Nelson des Broncos de Humboldt réalise un arrêt sensationnel avec une seule seconde au cadran.

« J’étais certain d’avoir marqué », lance Colborne. « Le gardien m’a volé. Un arrêt incroyable de la mitaine. »

Colborne et les Kodiaks ont dû digérer un revers de 1-0 contre les Broncos lors du match de championnat de la Coupe RBC 2008, le tournoi du championnat national junior A.

« Cette défaite a été la plus difficile de ma carrière », raconte Colborne plus de deux ans après l’événement. « Elle m’a fait très mal et elle me le fait encore aujourd’hui ».

Sinon, Colborne n’a aucun regret quant à son cheminement choisi pour sa carrière de hockey.

La décision de Colborne de faire son entrée dans les rangs des collèges américains après le junior A afin d’atteindre la Ligue nationale de hockey a été très bonne pour lui. Après avoir porté les couleurs de Kodiaks, il reçoit une bourse d’étude de l’Université de Denver. À l’encan amateur de la LNH de 2008, quelques mois après sa première saison avec Denver, il est repêché par les Bruins de Boston au premier tour, 16e au total.

Après deux saisons avec les Pioneers, au cours desquelles il récolte 72 points en 79 matchs tout en maintenant une moyenne de 3,80 sur les bancs d’école, il fait ses débuts professionnels le printemps suivant avec Providence, dans la Ligue américaine de hockey, amassant une aide à sa deuxième présence.

Cet automne, Colborne fera tout ce qu’il peut afin de percer l’alignement des Bruins.

« Je pense que mon séjour à Camrose a été la meilleure décision que j’ai prise dans le hockey », raconte Colborne, âgé de 20 ans. « Je ne changerais rien si c’était à refaire. »

En fait, cette expérience a été si positive qu’il adore la partager avec les plus jeunes.

« Plusieurs jeunes se découragent trop rapidement », affirme Colborne. « Définitivement, si vous voulez atteindre la LNH et que vous investissez le temps nécessaire, il n’y a aucune raison que vous ne puissiez le faire. Vous devez peut-être même jouer à un endroit comme Camrose. Vous devez vous rendre à un endroit où vous serez bien dirigé. Ne laissez personne vous dire que vous n’y parviendrez pas. »

L’athlète originaire de Calgary ne voit qu’un seul inconvénient à son choix de jouer dans les collèges américains : être loin des radars de Hockey Canada. Colborne n’a jamais porté les couleurs de l’équipe nationale junior du Canada.

« C’est évident que vous obtenez plus de visibilité si vous patinez au Canada », explique Colborne.

Il s’avère que la Ligue de hockey de l’Ouest a inconsciemment poussé Colborne vers la AJHL. Malgré qu’il était un membre important de la formation bantam de l’école Edge, où il jouait avec Tyler Myers, la plus récente recrue de l’année dans la LNH, et l’espoir des Kings de Los Angeles, Brandon Kozun, Colborne n’a pas été sélectionné dans la WHL.

« J’ai été stimulé », mentionne Colborne, qui a grandi à Springbank, Alberta. « Je me suis demandé ce qui n’allait pas avec moi. »

À ce moment, Dan Bertram, ami de la famille et ancienne vedette des Kodiaks, a commencé à lui faire la promotion de Camrose et de l’entraîneur de l’équipe, Boris Rybalka. L’année suivante, Colborne patinait avec les Kodiaks.

En tant que recrue en 2006-2007, le maigre joueur de centre enregistre 48 points en 53 parties.

Colborne et ses parents, Paul et Janine, ont dû prendre une décision : Est-ce que Colborne aura un poste assuré s’il s’aligne avec les Americans de Tri-City de la WHL et perdra-t-il son admissibilité à la NCAA ou devrait-il plutôt rester une saison de plus à Camrose et ensuite faire son entrée au collège?

Il y a eu plusieurs réunions de famille chez les Colborne.

Le père de Colborne penchait plus vers le hockey junior, tandis que sa mère souhaitait qu’il fréquente l’école. La décision finale revenait à Colborne.

« Mes deux parents m’ont dit que malgré leurs préférences, j’étais la personne qui allait vivre avec cette décision », explique Colborne. « Ils voulaient que je sache que peu importe la voie que j’allais choisir, ils étaient derrière moi à 100 %. »

Dès que la famille s’est concentrée sur ce que Colborne avait et non sur ce qu’il pourrait avoir, le choix devenait facile. « Nous avons réalisé que nous avions trouvé ce bon entraîneur, cette belle situation, donc pourquoi être si pressé de partir? », note Colborne. « La WHL est évidemment une bonne option pour plusieurs. Mais j’avais connu une si belle saison avec Boris et les Kodiaks que je me suis dit que j’allais encore plus m’améliorer en demeurant avec eux. Ainsi, je croyais m’ouvrir des portes vers les écoles. »

J’ai eu la preuve que cette décision a été la bonne.

Il est retourné à Camrose, dominant la AJHL (90 points en 55 matchs), a été repêché par les Bruins pour ensuite porter l’uniforme de l’Université de Denver, avec qui il a récolté un point par match.

Son prochain objectif est de faire sa place au sein de la LNH à temps plein.

Colborne continue de tout faire de la bonne manière, en jouant un rôle de leader au camp estival de l’équipe. Non seulement il alimente quotidiennement un blogue sur NESN.com, il a aussi fait les manchettes du site des Bruins sous le titre : « Colborne sera-t-il un jour le capitaine des Bruins? Le leadership semble venir naturellement pour Joe. »

Donc, il sait qu’il est prêt du but.

« Sans aucun doute, Boston a besoin d’un marqueur, » lance Colborne, six pieds cinq pouces et 216 livres. « Ils m’ont dit qu’ils allaient apporter quelques changements et qu’il allait y avoir des batailles, ce qui ouvrirait des postes au sein du club. »

« Je suis ici pour faire l’équipe. »


Pour plus d'informations :

André Brin
Directeur, communications
Hockey Canada
403-777-4557
abrin@hockeycanada.ca

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Jason LaRose
Responsable, services du contenu
Hockey Canada
403-777-4553
jlarose@hockeycanada.ca

Kristen Lipscombe
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427
klipscombe@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
CMM18 2014 : CAN 3 - SWE 1
17 avril 2014
Jake Virtanen a marqué deux buts et Mason McDonald a effectué 24 arrêts.
CMFM18 2014 : CAN 5 – USA 1
30 mars 2014
L'équipe fém. des m18 remporte l'or.
CMFM18 2014 : CAN 1 – RUS 0 (Prol.)
29 mars 2014
Le Canada bat la Russie en prolongation.
CMFM18 2014 : CAN 5 – CZE 0
26 mars 2014
Canada blanchit les tchèques.
CMFM18 2014 : CAN 7 – FIN 0
24 mars 2014
Le Canada blanchit la Finlande 7-0.
CMFM18 2014 : CAN 7 – JPN 1
23 mars 2014
Le Canada amorce le mondial avec un gain
OLY 2010 : CAN 2 - USA 0 or
25 février 2010
L'ÉNM du Canada en action aux Jeux olympiques d'hiver 2010 de Vancouver (or).
OLY 2010 : SUI 1 - CAN 10
15 février 2010
L'ÉN féminine du Canada c. la Suisse aux Jeux olympiques d'hiver 2010 de Vancouver.
OLY 2010 : entraînement
13 février 2010
L'équipe nationale féminine du Canada s'entraînant à Vancouver en Colombie-Britannique.
OLY 2010 : cérémonies d'ouverture
12 février 2010
Cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver 2010 de Vancouver.
OLY 2010 : photos d'équipe
09 février 2010
L'équipe nationale féminine du Canada à Vancouver en Colombie-Britannique.
OLY 2010 : entraînement
08 février 2010
L'équipe nationale féminine du Canada s'entraînant à Vancouver en Colombie-Britannique.
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: