Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Canada et Russie Se Battrent Depuis Longtemps
FEA.036.03
|
|
|

Depuis la Série du Sommet de 1972, le Canada et la Russie (ancienne Union soviétique) ont disputé plusieurs excellents matchs. Certains ont permis aux partisans canadiens de se réjouir, d’autres les ont déçus.

La défaite serrée l’an dernier aux mains des Russes lors de la finale du tournoi mondial junior en République tchèque pourrait être qualifiée de match excitant et de match crève-cœur pour les partisans canadiens. Le Canada, qui jouissait d’une avance de deux buts au début de la deuxième période de ce match, a vu les Russes se ressaisir et résister à un siège frénétique pendant la dernière minute de jeu.

Par contre, les souvenirs de ce match ne sont pas aussi amers que ceux de la victoire de 5-2 du Canada contre les Russes lors de la ronde préliminaire du tournoi. Pendant ce match, alors que le Canada profitait d’une avance confortable en fin de match, l’attaquant russe Alexander Svitov a craché sur le joueur de centre canadien Brian Sutherby.

Lorsque Sutherby a parlé aux médias après le match, il était visiblement ébranlé et avait peine à contenir ses larmes. D’une voix qui n’était guère plus qu’un soupir, il a parlé de combien il avait été difficile de ne pas répliquer et de risquer d’être suspendu. Lorsque l’on a demandé à Svitov et aux officiels de l’équipe russe de commenter l’incident, ils ont répondu que Sutherby avait provoqué l’incident et que c’était lui qui avait craché.

Ceci est sans doute le pire exemple d’esprit sportif entre deux puissances au hockey depuis l’embuscade des Russes face aux juniors canadiens qui a entraîné la disqualification des deux équipes au tournoi de 1987, à Piestany en Tchécoslovaquie.

Scottie Upshall, capitaine de l’équipe canadienne au tournoi mondial junior cette année et un des quatre joueurs de la formation de l’an dernier de retour cette année, a essayé d’être diplomate en ce qui a trait aux relations entre les équipes à la veille de la finale dimanche à Halifax.

« C’est historiquement une grande rivalité et il y a eu plusieurs excellents matchs entre les équipes », a-t-il dit. « Je ne pense pas que ce qui s’est produit l’an dernier (entre Svitov et Sutherby) a beaucoup à voir avec cette rivalité ou à ce que nous pensons d’eux ou à ce qu’ils pensent de nous. C’est le cas d’un joueur et de son geste, c’est tout. Ce n’est rien qu’il a fallu régler au tournoi. En fin de compte, Tampa Bay devra affronter Washington. »

Upshall faisait référence aux deux franchises de la LNH qui détiennent les droits sur Svitov (Tampa Bay) et Sutherby (Washington).

Toutefois, plusieurs de ceux qui étaient près de l’équipe de l’an dernier croient qu’il y avait plus que les tensions normales entre les équipes. Un officiel du hockey qui était à Pardubice a vu des membres de l’équipe canadienne frayer avec des membres de l’équipe finlandaise dans un restaurant le soir après la clôture du tournoi. Selon certains dires, les tensions entre les membres de l’équipe du Canada et les Russes avaient failli atteindre le point d’ébullition ce soir-là.

Sur la glace, le Canada et la Russie nous ont offert des moments sublimes et du grand hockey au cours des dernières années. Bien que les Canadiens ont eu l’avantage dans les années 1990 avec leurs cinq médailles d’or consécutives au championnat mondial junior, les Russes ont obtenu les meilleurs résultats récemment : une victoire en prolongation en quart de finale en Finlande en 1998; une victoire en prolongation en finale en 1999; une victoire en ronde préliminaire à Moscou en 2001, scellée par le but qu’Ilya Kovalchuk a marqué lors d’une échappée dans un filet désert et qu’il a célébré en pompant son poing ; puis la finale l’an dernier.

Ni Svitov, ni Stanislav Chistov, le meilleur joueur de la Russie au tournoi l’an dernier, ne sont de retour pour essayer de remporter l’or à nouveau. Et la finale du championnat mondial junior de cette année n’est pas la première fois que les Canadiens voient leurs rivaux à l’œuvre : des joueurs comme Derek Roy et Jordin Tootoo se souviennent très bien des Russes présents au tournoi des moins de 17 ans.

« Je n’ai pas eu la chance de jouer contre les Russes en finale au tournoi des moins de 17 parce que j’ai subi une commotion en demi-finale contre les É.-U. », dit le défenseur Brendan Bell. « Mais avant d’arriver au junior mondial, plusieurs d’entre nous, probablement la majorité d’entre nous, les avons vus et avons joué contre eux. Sur l’équipe de l’Ontario au moins de 17 ans, nous avions Derek Roy, Jay McClement, Carlo Colaiacovo et Steve Eminger. Il y a plusieurs joueurs des autres équipes canadiennes qui ont déjà joué contre eux. Dans l’ancien temps, c’était une grande rivalité parce que les deux équipes ne connaissaient rien l’une de l’autre. Peut-être que nous sommes rendus au point où nous en connaissons trop. »

Gare Joyce

 


Pour plus d'informations :

André Brin
Directeur, communications
Hockey Canada
403-777-4557
abrin@hockeycanada.ca

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: