Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
L'Allemagne Bat la Biélorussie 4-0
Gary Caven
|
FEA.035.03
|
|
|

L’Allemagne a eu recours à du jeu physique et à des occasions de qualité pour battre la Biélorussie 4-0 samedi soir à Halifax. Les 5 621 partisans qui se sont déplacés malgré la non-signifiance du match et la grosse tempête qui sévissait à l’extérieur ont assisté à un match divertissant. Tout y était, des superbes passes, mises en échec et arrêts qui peuvent se produire quand deux équipes ayant sensiblement le même niveau d’habiletés se rencontrent, aux passes ratées et aux jeux manqués qui surviennent quand ce niveau d’habiletés n’est pas le même que celui des équipes occupant les rangs supérieurs du classement.

Techniquement, le match avait très peu d’importance en ce qui a trait au classement ou aux médailles et même à la relégation, mais en ce qui a trait à la fierté personnelle et nationale, ce match était très important, car aucune des deux équipes n’avaient gagné un match jusqu’à maintenant. Les deux équipes ont joué de cette façon. La Biélorussie a contrôlé la rondelle tôt dans le match, mais tout comme ce fut le cas pour le reste du match, elle n’a pu créer des occasions de qualité. La plupart des tirs provenaient de l’extérieur de la zone privilégiée et il y avait très peu de circulation devant le filet du gardien allemand Patrick Ehelechner.

Une autre tendance s’est clairement manifestée quand le gardien biélorusse Dzmitry Kamovich a effectué un bel arrêt en superposant ses jambières devant le tir du revers de Max Seyller. Cet arrêt a immédiatement été suivi d’une glissade pour bloquer la tentative de Marcel Goc sur le côté du but. Kamovich a continué d’effectuer des arrêts spectaculaires, tous les tirs dirigés vers lui nécessitant des acrobaties. Devant l’autre filet, Ehelechner, qui a affronté seulement un tir de moins dans le match, a eu la vie beaucoup plus facile, inscrivant le blanchissage et la première victoire de son équipe.

Le premier but est survenu à 10:02 de la deuxième période quand Christoph Ullman s’est emparé d’un rebond à la suite d’un tir de la pointe et a déjoué Kamovich pendant un avantage numérique. Au fil du match, l’Allemagne a commencé à dominer le long de la bande et son jeu physique a donné lieu à maintes chances. Enfin, tard dans la deuxième période, Marcel Goc a effectué une superbe passe vers Yannic Seidenberg qui a effectué un tir sur réception déjouant Kamovich qui s’étirait pour le bloquer.

La Biélorussie a pris le contrôle de la rondelle au début de la troisième période, mais l’Allemagne a semblé profiter de toutes les occasions de marquer. L’équipe de la Biélorussie a eu sa meilleure chance quand Pavel Kutsevich s’est échappé seulement pour voir Ehelechner dévier son tir à l’extérieur. Dans la zone de la Biélorussie, les exploits de Kamovich se sont poursuivis lorsqu’il a bloqué un tir sur réception en allongeant une jambière pendant un 2 contre 1 et à nouveau quelques secondes plus tard captant la rondelle en allongeant le bras.

Deux autres buts, ceux de Max Seyller et Stefan Schauer, ont scellé l’issue du match qui n’a jamais vraiment été en doute. Ce qui avait été mis en doute était la qualité du jeu auquel on s’attendait dans un match prétendument sans importance. Demandez à Aliaksander Zhydkikh qui a quitté la patinoire éprouvant une douleur intense après avoir bloqué un tir frappé avec sa paume ouverte. Demandez à Kamovich qui avait l’air dévasté après avoir alloué le premier but de l’Allemagne sur un tir contre lequel il ne pouvait absolument rien. Demandez à l’Allemand Stefan Schauer qui a sacrifié son corps et a encaissé une rude mise en échec qu’il avait anticipée simplement pour dégager la rondelle de sa zone ou demandez au biélorusse Kutsevich qui s’est allongé pour bloquer un tir alors que son équipe tirait de l’arrière 3-0 avec seulement 25 minutes à faire dans le match.

Bien que l’Allemagne et la Biélorussie n’étaient pas les grandes puissances de ce tournoi, les deux formations ont fait preuve d’un élément manquant lors des matchs de certaines des équipes dites « plus importantes » - une tonne de fierté et le désir de gagner. Les deux équipes ont joué comme deux équipes devraient jouer. Même si la médaille d’or n’était pas en jeu.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: