Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
1991-CMF-03-fr
CMF 03
|
87 et 1991
|
|

La rivalité Canada – Russie disparue pour le moment…mais pas oubliée.
Par Michael Kydd

Igor Tuzik est un érudit du hockey international. L’entraîneur russe de longue date et ancien joueur professionnel est actuellement à Halifax en tant que chef d’équipe officiel de l’équipe nationale féminine de la Russie.

Lorsqu’on lui demande où est passée la rivalité qui existait autrefois au hockey sur glace international entre le Canada et la Russie, M. Tuzik répond que « ce temps est révolu. Toutefois, notre équipe féminine a bien hâte d’affronter les canadiennes plus souvent. »

Puisque le programme russe est encore jeune et en voie de développement sous l’entraîneur Viktor Krutov, les espoirs d’un affrontement Canada – Russie ne sont peut-être pas sur le point de se réaliser. « Nous n’avons que six équipes de hockey féminin à l’heure actuelle en Russie. Ça va prendre du temps, mais plus tard nous pourrons songer à la compétition et à une rivalité. »

La Fédération russe de hockey sur glace a récemment approuvé un nouveau programme qui permettra aux jeunes filles russes (6 et 7 ans) de jouer avec et contre les garçons. Ceci en dit long sur la volonté de développer un programme compétitif qui, un jour, pourra s’avérer avantageux pour la longévité du hockey féminin en Russie et ailleurs dans le monde.

Igor Tuzik admet que le hockey féminin russe a encore beaucoup de chemin à parcourir. Contrairement à l’Amérique du Nord qui a des programmes comme la Ligue nationale de hockey féminin (LNHF), le Sport interuniversitaire canadien (SIC) et la National Collegiate Athletic Association (NCAA), la Russie n’a pas encore mis au point un programme de hockey junior ou collégial et universitaire en hockey sur glace féminin.

Malgré cela, la gardienne de but russe Irina Gashennikova croit que le style de jeu canadien fondé sur l’élite et la finesse est mieux adapté que le style américain fondé sur la force et la puissance. Ces habiletés ne pourraient être maîtrisées que dans un programme junior. L’ironie de ses propos sonne vraie compte tenu du fait que, pendant plusieurs années, les officiels canadiens croyaient que le hockey canadien devait adopter un style plus européen fondé sur la finesse, la vitesse et l’habileté.

Si jamais nous devions assister à une nouvelle rivalité Canada-Russie, ce sera à cause de personnes comme Igor Tuzik et Olga Votolovskaya (FRHG) qui apprécient la nature dynamique du jeu et qui sont à bâtir le programme féminin en Russie. « Les gens devraient regarder ce tournoi et le remarquer pour sa créativité. Les spectateurs devraient aimer la façon de penser de ces joueuses », dit Igor Tuzik. Si vous avez déjà regardé le hockey russe, vous savez de quoi il parle.

Le sourire aux lèvres, Igor Tuzik n’hésite pas à souligner la dure réalité du Championnat mondial de hockey junior 2003 où la Russie a battu le Canada; toutefois, il a aussi mentionné qu’il existerait toujours une rivalité entre les deux pays au hockey sur glace à cause du grand respect qu’ont les pays l’un pour l’autre et du fait que le hockey féminin devient un sport international populaire et reconnu. Un sourire à mes lèvres, je lui ai répondu en mentionnant 1972, 19. Je suis convaincu qu’il a hâte au jour où une joueuse russe comptera un but avec quelques minutes à jouer pour battre les Canadiennes et remporter le championnat mondial de hockey féminin. Ce serait excellent pour le hockey féminin et la rivalité Canada-Russie.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: