Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Geraldine Heaney Parle à Cœur Ouvert
WWC.039
|
10 mai 1970
|
|

le 5 avril 2007

Par Lucas Aykroyd

On parle souvent de Geraldine Heaney comme la « Bobby Orr du hockey féminin », et tout comme le légendaire défenseur des Bruins de Boston, un but spectaculaire nous vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on pense à cette légende canadienne.

Qui peut oublier l’image d’Orr volant dans les airs devant le gardien Glenn Hall de St-Louis pour marquer le but qui a permis aux Bruins de remporter la coupe Stanley le ? Dans le cas de Heaney, elle a marqué le but gagnant contre les Américaines lors du match pour la médaille d’or au premier Championnat mondial féminin de l’IIHF en 1990, à Ottawa, et ce, de façon tout aussi spectaculaire. Se joignant à l’attaque, Heaney a accepté la passe de France Montour et a déjoué une défenseure américaine avant de tirer la rondelle dans la partie supérieure du filet face à la gardienne Kelly Dyer. Les Canadiennes ont ensuite ajouté deux autres buts pour sceller l’issue du match.

En plus d’avoir remporté sept médailles d’or aux championnats mondiaux, Heaney a mis fin à sa carrière comme joueuse en remportant une médaille d’or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City. Nommée meilleure défenseure du championnat mondial à deux reprises (1992, 1994), elle a cumulé 44 points en 46 matchs en carrière avec l’équipe nationale féminine.

Aujourd’hui âgée de 39 ans, Heaney, est entraîneure-chef de l’équipe de hockey féminin de l’Université de Waterloo. Elle a récemment fait part de ses observations sur le hockey féminin avec HockeyCanada.ca.

HockeyCanada.ca : Pendant que vous jouiez, quelle était l’avant adverse que vous aviez le plus de difficulté à contenir?

Geraldine Heaney : Je dois dire Cammi Granato. Je l’ai affronté tout au long de ma carrière. Elle a toujours été une joueuse dominante. Elle était très rusée. Parfois, on ne la remarquait pas, puis tout à coup, elle était là. Elle savait vraiment comment placer la rondelle dans le filet. Elle connaissait bien le jeu, et c’était une grande athlète.

HockeyCanada.ca : Que pensez-vous de Riikka Nieminen, la meilleure pointeuse de tous les temps de la Finlande?

Heaney : Si vous regardez ces pays [européens], elle serait LA joueuse à surveiller. Elle était une excellente patineuse avec des mains fantastiques et beaucoup d’habiletés individuelles. Cela aurait été fantastique de la voir jouer auprès de joueuses plus talentueuses que ses coéquipières en Finlande. Elle a dû faire plein de trucs par elle-même, et elle aurait sans doute pu être une bien meilleure joueuse.

HockeyCanada.ca : Quand pensez-vous que nous assisterons à un autre revirement semblable à celui qu’a réussi la Suède face aux États-Unis lors de la demi-finale olympique de 2006?

Heaney : N’importe qui connaît le hockey sait que Kim Martin [la gardienne suédoise] a fait des miracles, et que ce fut l’affaire d’un but. Mais je ne pense pas que ça ne se reproduira pas de si tôt. C’est un avertissement au Canada et aux États-Unis. Elles doivent être prêtes. Même si vous avez plus de talent, lorsque vous affrontez une gardienne qui est au sommet de sa forme, n’importe quoi peut arriver, surtout dans un match où l’écart n’est que d’un but. Il y a tellement de filles qui jouent au hockey au Canada chaque année, et les équipes nationales ne cessent de s’améliorer. Mais ces autres pays sont encore à l’étape du rattrapage.

HockeyCanada.ca : Quels sont les principaux défis que vous devez relever comme entraîneure au hockey universitaire féminin canadien?

Heaney : Nous perdons toutes nos meilleures joueuses parce qu’elles obtiennent des bourses d’études aux États-Unis, et elles jouent là-bas, non? Il est évident qu’elles sont mieux de jouer au niveau le plus élevé du hockey universitaire aux États. Ils sont capables d’offrir de payer pour l’éducation des femmes lorsqu’elles vont jouer là-bas. Parfois, lorsque nous faisons du recrutement, nous savons déjà quelles joueuses vont s’en aller. Je ne perdrai pas mon temps à parler à une de ces joueuses, car je n’ai rien à lui offrir. Tout ce que je peux leur dire, c’est que Waterloo est une bonne école, dépendant de votre choix de programme, et que nous avons un bon programme de hockey. C’est tout. On attire certaines filles avec des bourses scolaires, mais la plupart obtiennent des bourses pour le sport. C’est ce qu’il y a de plus difficile. Pour l’an prochain, l’Ontario nous permet d’accorder dix bourses de 3 500 $ aux jeunes. Mais l’Université de Waterloo ne fait pas ça, ce qui nous complique encore plus la vie. Plus tard, à un moment donné, nous allons dire à notre directeur des sports : « Comment pouvons-nous rivaliser avec ces autres écoles (y compris Laurier, qui se trouve de l’autre côté de la rue)? » Nous n’avons aucun choix. Si je reçois 3 500 $ pour mes études, c’est là que je vais aller. C’est difficile en ce moment. Mais ce qu’il y a de positif, c’est que les filles commencent plus jeunes. Alors, même les joueuses qui ne sont pas les meilleures, sont néanmoins meilleures que par le passé. L’an dernier, ce fut ma première année comme recruteuse et j’ai attiré environ quatre joueuses. Et bien, ce sont mes meilleures joueuses! Auparavant, celles qui étaient là ont été choisies pour faire partie de l’équipe probablement parce qu’elles avaient déjà joué un peu au hockey. Pourvu qu’elles possèdent un peu d’habileté, je pense qu’on peut leur enseigner le reste. Mais je ne veux pas inviter des joueuses à qui je dois enseigner comme effectuer des passes et des tirs, choses qu’elles devraient savoir avant d’arriver. Elles peuvent évidemment s’améliorer, mais elles doivent être à un certain niveau. Les nouvelles joueuses qui arrivent maintenant, sont plus avancées que mes joueuses qui en sont à leur quatrième année.

HockeyCanada.ca : Que dire de la possibilité d’une ligue professionnelle féminine comme la WNBA?

Heaney : La WNBA est fantastique parce que la NBA l’appuie. Lorsque la ligue a vu le jour, je suis allée voir un match et ce fut extraordinaire. C’est ce dont le hockey féminin a besoin. Il a besoin de l’appui de la LNH. Si on pouvait payer ces joueuses, ce serait fantastique. À l’heure actuelle, elles doivent travailler ou étudier à temps plein. C’est difficile pour elles de s’engager à développer leur plein potentiel. En ce moment, nous n’en sommes pas là. Pour ce qui est de l’assistance aux matchs, les gens se déplacent lorsque les joueuses portent le chandail d’Équipe Canada. Mais si les équipes de club font de la publicité en disant qu’un certain nombre de joueuses de l’équipe olympique sont de la formation, les gens ne se déplacent pas, même s’il s’agit des mêmes joueuses. Il faut être capable de mieux vendre le sport. Il y a trop d’équipes faibles dans la ligue. Les Aeros [de Mississauga] vont remporter leur match 6 -0 ou 7 -0. Qui veut assister à ces matchs-là? Si vous regardez les Aeros contre l’Oval [X-Treme] [de Calgary], la compétition est serrée, C’est la même chose au championnat mondial. Il y a les trois ou quatre meilleures équipes, puis ça se détériore.

2007 Championnat mondial féminin

 


Pour plus d'informations :

André Brin
Directeur, communications
Hockey Canada
403-777-4557
abrin@hockeycanada.ca

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Jason LaRose
Responsable, services du contenu
Hockey Canada
403-777-4553
jlarose@hockeycanada.ca

Kristen Lipscombe
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427
klipscombe@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Coupe Esso 2014 : SUD 3 - EDM 2
23 avril 2014
Deux buts en avantage numérique en deuxième propulsent Sudbury à sa troisième victoire.
Coupe TELUS 2014 : HAL 3 - CHA 7
23 avril 2014
Huit joueurs ont accumulé plus d’un point pour aider Châteauguay à gagner un premier match.
Coupe Esso 2014 : FRA 7 – MON 2
23 avril 2014
Le Phantom décoche 50 tirs au but pour récolter son premier gain de la Coupe Esso.
Coupe TELUS 2014 : TOR 4 - MJ 2
23 avril 2014
Le tour du chapeau de Marco Bozzo permet aux Young Nationals de signer une autre victoire.
Coupe Esso 2014 : STC 3 - WEY 2
23 avril 2014
Les Sabres ont marqué trois fois en première période, battant les Gold Wings.
Coupe TELUS 2014 : OKA 1 - PA 1
23 avril 2014
Kjargaard et Bryshun marquent à tour de rôle dans un autre match nul.
Coupe Esso 2014 : WEY 3 - FRA 2
22 avril 2014
Les deux buts de Caitlin Dempsey mènent Fraser Valley à la victoire
Coupe TELUS 2014 : PA 1 - CHA 1
22 avril 2014
Les gardiens de but volent la vedette et les Mintos et Grenadiers font match nul.
Coupe Esso 2014 : MON 5 - EDM 4
22 avril 2014
Faith Steeves a réussi un tour du chapeau pour mener les Rockets à leur première victoire.
Coupe Esso 2014 STC 2 – SUD 1
22 avril 2014
Le but d’Alexa Vasko en infériorité numérique dans les derniers instants du deuxième tiers a fait la différence.
Coupe TELUS 2014 : TOR 3 - HFX 0
22 avril 2014
Longo a marqué deux fois pour procurer un premier gain aux Young Nationals.
Coupe TELUS 2014 : MJ 3 - OKA 3
22 avril 2014
Un autre match nul pour les Generals et les Rockets, cette fois de 3-3.
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: