Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
La Suisse Espère Surprendre Ses Adversaires

WJC.025
le 26 décembre 2005

By Jenny Wiedeke

IIl fut un temps où un match contre la Suisse rendait les adversaires un peu nerveux. Vers la fin des années 1990, le programme junior suisse a atteint son point culminant alors que ses équipes de moins de 18 et de 20 ans réussissaient à remporter un match contre une équipe favorite et à terminer parmi les six premières. Mais loin sont les temps où la Suisse était une menace. La moitié de la formation à Vancouver est composée de joueurs qui ont participé au championnat de la Division 1 des moins de 18 ans ce qui signifie qu’ils ne sont pas nécessairement habitués au niveau de jeu qu’ils devront affronter à Vancouver. L’autre moitié de l’équipe est formée de joueurs de l’équipe des moins de 18 ans qui a été reléguée l’an dernier. Ce n’est pas que les Suisses sont moins bons, c’est simplement qu’ils ne se sont pas améliorés. Les autres pays membres du monde du hockey sont allés de l’avant, mais les Suisses ont gardé le même programme de développement junior depuis leurs jours de gloire des années 1990. Les temps changent et les Suisses aussi devront changer s’ils veulent non seulement remporter un match surprise, mais aussi demeurer parmi les 10 équipes de l’élite du hockey junior.

Entraîneurs : Il semble tout à fait approprié que l’homme qui détient le record pour le plus grand nombre de matchs disputés auprès de l’équipe nationale suisse soit le cœur et l’âme du programme junior. Jakob Kolliker a fait de l’excellent travail pour permettre à la Suisse de participer au mondial junior, indépendamment du talent qu’il hérite des équipes nationales plus jeunes. Kolliker met la main à la pâte : il assiste toujours aux matchs juniors comme dépisteur et il est toujours au bout du fil à la recherche du prochain jeune joueur de talent. Il est aussi entraîneur adjoint de l’équipe nationale masculine senior ce qui signifie que les événements importants n’ont plus de secrets pour lui.

Devant le filet : Le salut de la Suisse se trouve peut-être chez ses deux jeunes gardiens de but. Leonardo Genoni et Reto Berra sont des coéquipiers pendant la saison régulière dans la Ligue élite Suisse B (le deuxième plus haut niveau en Suisse). Les deux gardiens de but sont bien au-delà de la moyenne pour leur âge et pour leur pays. Berra est habituellement celui qui fait tourner la tête des dépisteurs, car il est plus grand, mais en saison régulière c’est Genoni qui est considéré comme le gardien numéro un bien que les deux se soient partagé la tâche également cette saison. Si la Suisse réussit à remporter un match, ce sera sans doute grâce à un de ces deux jeunes hommes masqués.

Défenseurs : Il n’y a vraiment pas de joueur qui ressort à la ligne bleue suisse. Évidemment, de façon générale, la ligue suisse n’est pas réputée pour son jeu agressif et cela est bien évident ici. Toutefois, il faut noter que les défenseurs suisses auront peut-être un avantage sur leurs adversaires à cause de la vigilance des officiels. La Suisse a commencé à utiliser la nouvelle structure des règles au milieu de la saison et certains défenseurs seront prêts lors des matchs où la vigilance des officiels sera plus grande, ce qui pourrait leur permettre d’éviter des punitions.

Avants : Les avants suisses sont petits, habiles et rapides. Il sera intéressant de voir comment ils feront face à des pays comme le Canada et les États-Unis. Juraj Simek est le seul qui ressort de ce groupe, mais il est entouré habilement par Mattias Bieber, Julien Sprunger et Julian Walker, qui ont tous évolué au sein de la Ligue élite Suisse A (la meilleure ligue en Suisse). Janick Steinmann, qui a cumulé trois buts et 11 aides avec les Blazers de Kamloops cette saison, devrait être en mesure de donner quelques conseils à ses coéquipiers sur comment survivre sur la patinoire nord-américaine plus petite. Si les gardiens de but répondent aux attentes, cela devrait éliminer une certaine partie de la pression exercée sur ce groupe d’avants ce qui serait une bénédiction, car ils ne seront pas souvent en mesure de compter quatre ou cinq buts par match.

Résultats prévus : Si la Suisse fait mieux que le septième ou huitième rang, ce sera très grande réussite. Il est probable que la Suisse a ce qu’il faut pour éviter la neuvième ou la dixième place, mais il est peu probable que ce groupe de joueurs, qui n’a pas été à la hauteur sur la scène internationale jusqu’à maintenant, aura ce qu’il faut pour vaincre les puissances établies.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Morgan Bell
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6427
mbell@hockeycanada.ca

   
 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: